Une toute petite minute – Laurence Peyrin

Auteur : Laurence Peyrin

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 432

Éditions Calmann-Lévy (21 avril 2021)

31 décembre 1995. Le soir de la Saint Sylvestre, Madeline – 17 ans – assassine sa meilleure amie, Estrella. Elle reconnait les faits, mais refuse de dire pourquoi. 

2016. Mad a purgé sa peine : 20 ans de prison ferme. Son père est mort, sa soeur est partie vivre en Californie, alors c’est sa mère qui la recueille. Plus dans leur célèbre appartement de Park Avenue,  non, mais dans une maison de Sang Harbor. Alors que 20 ans de sa vie ont été mis entre parenthèses, Madeline doit réapprendre à vivre. 

Je remercie les Éditions Calmann-Lévy pour la lecture du nouveau roman de Laurence Peyrin en avant-première. 

Replay de l’Apéro des Caro du 21/04/2021

Une toute petite minute, et la vie bascule. C’est le titre mais c’est surtout le point de départ de ce nouveau roman que j’ai lu à une vitesse folle ! 

L’histoire se déroule à NY et ses environs. En prison aussi, mais rien que de se retrouver sur Park Avenue, de prendre le métro new-yorkais et de s’évader jusqu’à Montauk, ça dépayse et de dépaysement, on en a bien besoin en ce moment ! 

Ensuite, les chapitres alternent entre deux époques : 1995 et 2016. A vingt ans d’intervalle, on vit au rythme de l’évolution du monde et des USA. J’adore les histoires qui me replongent dans un temps où les téléphones portables n’étaient pas monnaie courante. Mais j’aime aussi me remémorer (ou pas) certains événements politiques récents. Là, j’ai été servie. 

Le gros point de force de ce nouveau roman, c’est Madeline. Cette jeune fille a vieilli sans grandir. Contrairement à toutes les jeunes filles de son âge, elle n’a pas fêté sa majorité, elle n’a pas voté pour la première fois et, à 38 ans, elle est encore vierge. Elle a évolué dans un monde parallèle et quand elle sort, elle a tout à apprendre : la vie dehors, et les relations humaines.

On ne sait ni pourquoi ni comment elle a tué Estrella, mais ce qu’on sait, c’est qu’elle a reconnu son acte et qu’elle a décidé de le payer. Cher. En clair, Mad a morflé. Mais qui est-on quand on sort de prison ? Notre dette est payée, mais pas effacée, alors comment aborder l’avenir ?

Pour finir, il y a la fin et vous l’avez compris la révélation de ce qui s’est passé. Le moment qui a flingué la vie de Madeline et qui en a boulversé beaucoup d’autres. Et là, la romancière ne s’est pas loupée, car cet instant on y croit. Personnellement, j’ai vu la scène, et malheureusement ça pourrait arriver à n’importe qui. 

Prenez le temps de lire Une toute petite minute, vous ne le regretterez pas ! Un condensé de vie, d’espoir, et de liberté agréablement servi par la plume libérée de Laurence. Ce nouveau roman se rapproche de très près de mon titre préféré : Miss Cyclone. 

Présentation du roman aux Éditions Calmann-Lévy 

A propos de la romancière : journaliste pendant vingt ans, Laurence Peyrin a choisi de tout quitter pour écrire. Depuis, elle construit une oeuvre romanesque unique, qui allie des histoires passionnantes, des personnages forts, une intensité d’émotion et une belle écriture. De La drôle de vie de Zelda Zonk, prix Maison de la presse 2015, à Ma Chérie en passant par L’Aile des vierges, Miss Cyclone ou Les Jours brûlants, ses romans ne cessent de conquérir les lecteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *