Ma Chérie – Laurence Peyrin

Auteur : Laurence Peyrin

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 322

Éditions Calmann-Lévy (13 mars 2019)

Gloria, qu’on appelait « sœur Bigleuse » quand elle était petite, a réussi à quitter le petit village du Sud des USA où habitent ses parents. Sa transformation est telle qu’elle devient même Miss Floride 1952, et tombe éperdument amoureuse d’un riche agent immobilier de Coral Gables, à Miami. Déjà marié, il couvre sa « Chérie » de bijoux et des plus belles tenues dont une femme peut rêver. Oui, elle est entretenue, et à 30 ans, seul compte l’amour de son amant. 

Mais un matin, celui-ci n’appelle pas. Et pour cause, il a été arrêté pour escroquerie, et incarcéré. Le monde de Gloria s’écroule : en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, elle perd son amour, sa maison et son faste.
Retour à la case départ. Au sens stricte du terme puisqu’elle retourne habiter chez ses parents. Elle-même se trouve pathétique.

Mais dans le bus qui l’amène à Chooga Pines, un homme lui demande l’autorisation de s’asseoir à côté d’elle. Il est noir. Dans l’Amérique conservatrice de 1963, elle accepte pourtant. Une décision importante pour ce premier jour du reste de sa vie. 

Je remercie les Éditions Calmann-Lévy pour la lecture du nouveau roman de Laurence Peyrin. 

Trop court, Laurence, Ma Chérie était trop court ! J’étais tellement bien avec Gloria, Marcus, Rose, Jack (et même Suzie !), dans cette Amérique des années 60, que j’aurais aimé passer (beaucoup) plus de temps avec elle…

Mais alors pourquoi ça ?

Déjà parce que Gloria est cette petite fille qui a du mal à trouver sa place dans l’Amérique profonde et malgré tout elle a décidé de s’en sortir et elle touchera son rêve du doigt : celui d’être l’une des plus belles femmes de Miami (la Cité Radieuse), d’être aimée, entourée et choyée. Alors évidemment on peut s’interroger sur la véracité des liens qui l’unissent à son amant et à ses soit-disant amies mais il n’empêche qu’elle y est. Elle a même fini par oublier d’où elle venait…

Ensuite, parce que si le rêve américain est à portée de main, la déchéance est tout aussi accessible. Gloria est montée si haut dans la société ! mais elle est aussi vite retombée bien bas. Charge à elle de se retrousser les manches pour s’en sortir. 

Enfin, parce que l’époque, l’année 1963, nous plonge dans un passé qui nous paraît si loin et qui est pourtant très proche : les USA dont les jeunes soldats ressortent traumatisés par les horreurs de la guerre de Corée, l’ascension de JFK au pouvoir et l’espoir de tout un peuple dont les hommes et les femmes sont malgré eux au cœur des tourments liés aux lois sur la ségrégation raciale. En 1963, dans le Sud des Etats-Unis, on a beau être dans son droit, quand on est un homme noir on vit par précaution, faisant sans cesse attention à ce que l’on dit/fait. 

Il fallait la plume de Laurence Peyrin, délicate, sincère et drôle aussi parfois pour raconter l’histoire de Gloria. Une femme, en apparence superficielle, qui va se révéler au fur et à mesure des pages et devenir capable de prendre des décisions importantes, et surtout de les assumer. ! Car nos choix de vie dictent notre destinée et qu’en 1963, il faut avoir le courage de ses actes. 

Ma Chérie est un très joli roman que je vous invite à découvrir aussitôt !

Présentation du roman aux Éditions Calmann-Lévy

 

A propos de l’auteur :
Journaliste de presse pendant vingt ans, Laurence Peyrin se consacre désormais à l’écriture. La Drôle de vie de Zelda Zonk, son premier roman, a reçu le prix Maison de la Presse en 2015.

Retrouvez ma chronique de Miss Cyclone.

2 comments

  • Debora has written:

    Ça a l’air d’être un très joli roman qui prône de belles valeurs ! Je me laisserai certainement tenter au salon du livre de Saint-Louis

    • carobookine has written:

      Tout à fait, c’est l’occasion de la rencontrer ! En plus, (chut !), elle devrait être à mon apéro-littéraire 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *