Va où le vent te berce – Sophie Tal Men

Auteur : Sophie Tal Men

Genre : Feel-good

Nombre de pages : 304

Éditions Albin Michel (26 février 2020)

Anna revient aux pays. Dans ses bagages, une année lourde et éprouvante. Et dans son ventre, un petit être à naitre. 

De son côté, Gabriel devient contre son gré mais néanmoins avec toute la meilleure volonté, berceur de bébé à l’hôpital. 

Ainsi débute l’histoire d’une rencontre…

Je remercie les Éditions Albin Michel pour la lecture du roman de Sophie Tal Men. 

J’ai un peu de retard, je l’avoue. Mais, comme tout vient à point à qui sait attendre, je me dis que j’ai lu ce roman (sorti en février 2020 et donc paru en poche depuis !) au bon endroit au bon moment (dans ma vie). 

 

Si tu prends le monde comme il vient, il te prendra doucement. 

J’aime les romans de Sophie car ils traitent toujours de sujets en apparence légers mais au final assez profonds.
Ici, que faire lorsqu’on a vécu un drame personnel, qu’on revient sur sa terre natale et qu’on appréhende l’avenir au point de ne pas savoir quelle est la prochaine étape ? Que faire quand on a été meurtri dans son enfance et qu’on ne sait plus à quels saints se vouer ? Comment aller de l’avant ? Vers qui se tourner pour puiser des forces ? 

Ce qui m’a particulièrement plu dans ce nouvel opus, c’est le « métier » de berceur. Je ne sais si c’est parce qu’on sort d’une période compliquée avec la Covid-19, mais de lire l’histoire d’un homme qui prend des bébés dans ses bras pour les calmer, et de rappeler à quel point un câlin est salvateur m’a fait beaucoup de bien. En parallèle, il y a aussi de nombreuses références à la boxe et j’ai trouvé ça plutôt agréable de savoir qu’il est aussi bon de pouvoir se défouler par moment. Ou comment trouver le juste équilibre pour avancer, sans tomber (ou presque). 

Dans les différents romans de la romancière, on retrouve au fil des ans les mêmes personnages. J’aime cette impression de renouer chaque année avec une famille lointaine dont je connais les aspirations et les secrets. Bien entendu, si l’histoire gravite principalement ici autour d’Anna et de Gabriel, on retrouve Marie-Lou et Mathieu, Marie, Yvonne et son gobe-mouches, etc. Toute cette joyeuse bande de jeunes amoureux de la Bretagne et en relation avec l’hôpital. 

Est-ce parce qu’elle est elle-même neurologue à l’hôpital que Sophie  nous raconte si bien leur quotidien ? C’est fortement probable. Mais ce qui est sûr, c’est qu’elle n’a pas son pareil pour observer et nous faire partager avec ses mots ces histoires touchantes qui n’arrivent pas qu’aux autres. Et qui ont au final le goût du bonheur. 

 

Présentation du roman aux Éditions Albin Michel

 

A propos de la romancière : Sophie Tal Men est neurologue à l’hôpital de Lorient. Là où le bonheur se respire est son sixième roman. Retrouvez mes chroniques de Les Yeux couleur de pluie, Entre mes doigts coule le sable, De battre la chamade et  Qui ne se plante pas ne pousse jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *