Toucher le noir – 11 écrivains

Collectif d’auteurs : Solène Bakowski, Éric Cherrière, Ghislain Gilberti, Maud Mayeras, Mickaël Mention, Valentin Musso, Benoît Philippon, Jacques Saussey, Danielle Thiéry, Franck Thilliez et Laurent Scalèse. Sous la direction d’Yvan Fauth. 

Genre : Polar

Nombre de pages : 336

Éditions Belfond (3 juin 2021)

Quand on aime, on ne compte pas ! 

Ça tombe bien, après Ecouter le noir et Regarder le noir, Yvan Fauth, du blog EmOtions, récidive avec 11 grands noms du thriller français. Et cette année, le sens qu’ils vous mettent en éveil est celui du « toucher » !

Voici le détail des nouvelles présentées dans le recueil (avec les quelques mots qui me sont immédiatement venus à l’esprit pour chacune) :

Solène Bakowski : le noir, miracle ou maudit
Éric Cherrière : toucher le noir de la nature humaine 
Ghislain Gilberti : ne jamais se fier aux apparences
Maud Mayeras : à vous retourner le bide, extra !
Mickaël Mention : de retournement en retournement de situation 
Valentin Musso : un sens aigu de la répartie
Benoît Philippon : histoires de peau
Jacques Saussey : l’espoir fait vivre… ou pas
Danielle Thiéry : une valse à… pas de temps
Franck Thilliez et Laurent Scalèse (à 4 mains, svp, et en 2 temps) : à couteaux tirés ou à luger tranchants 

Je ne lis quasiment jamais de nouvelles. A 2 exceptions près : le recueil 13 à table et celui d’Yvan. Parfois courtes, parfois longues, tantôt réalistes, tantôt plus fictives, elles nous offrent toutes une expérience de lecture unique. 

Dans ce nouvel opus, il y a (saurez-vous les reconnaitre ?) : 1 auteur dont j’aime la plume de façon inconditionnelle, 1 autre dont j’aime la précision dont il fait preuve dans chacun de ses thrillers, 1 qui a déjà écrit à 4 mains et qui m’a beaucoup émue cette année avec son roman en solo, 1 que j’avais déjà découverte dans le 1er recueil et qui m’a encore mis une claque (décidément, il faut que je lise ses romans), 1 dont j’apprécie la finesse des intrigues, et d’autres que je n’avais encore jamais lus (ou très peu) et qui m’ont surprise. 

Evidemment, dans un recueil de 12 nouvelles, on ne les aime pas toutes de la même façon mais c’est cette diversité qui fait la force de cet ouvrage. Et personnellement j’aime varier les plaisirs !

Et vous alors, lirez-vous plus ce recueil pour le goût de la découverte ou celui du frisson ?

Présentation du roman aux Éditions Belfond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *