UnPur – Isabelle Desesquelles

Auteur : Isabelle Desesquelles

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 224

Éditions Belfond (22 août 2019)

Benjaminquejetaime. Julienquejetaime. Deux enfants d’une même maman. Jumeaux. Identiques, et pourtant si différents. 

Un jour, en Italie, à Venise précisément, Benjamin boude. Il a 8 ans. Il s’écarte de la terrasse du café où sont attablés sa mère et son frère. C’est l’instant que saisit le monstre pour l’attraper. Ainsi débute la nouvelle vie de Benjamin…

Je remercie Yvan, du blog EmOtions, de m’avoir mis ce livre entre mes mains. Je ne l’aurais jamais choisi par moi-même mais je lui fais confiance les yeux fermés !

Comment écrire sur un drame pareil ? Le kidnapping d’un jeune enfant, sa séquestration, les sévices qu’il subit… à compter du moment où il est kidnappé par son ravisseur, Benjamin sait que sa vie ne sera plus jamais pareille. Il y aura désormais un avant, et un après ? Après quoi ? C’est surtout le « pendant » que subit l’enfant enfermé dans une chambre qui n’est autre qu’une cellule. Que s’est il passé ? Comment a t il pu se retrouver dans cette situation ? A-t-il une infime chance de s’en sortir ?
En attendant que le temps passe, Benjamin découpe consciencieusement les journaux à l’affût de la moindre information cycliste qui pourrait plaire à son ravisseur. Car cet homme qui lui fait du mal ne laisse rien paraître : en apparence, c’est monsieur tout le monde. Mais qu’est ce qui retient alors Benjamin de s’enfuir ? De les jeter dans le fossé lorsqu’ils sont en voiture ? De s’échapper lors d’un nouveau rapt dont il est le complice ? 

C’est si simple de voler un enfant

Entre Venise et Bari en Italie, en passant par le Mexique, c’est une histoire hors du commun que nous conte ici Isabelle Desesquelles. Un roman d’une noirceur inouïe, profonde et opaque, une histoire qui oppresse, qui questionne aussi et qui bouleverse. Une fiction plus vraie que la réalité qui vaut un coup de poignard en plein cœur. Mais si bien écrit qu’on prend néanmoins beaucoup de plaisir à le lire… un livre qui laisse une sensation délicate, pas forcément agréable mais qui force l’admiration. 

 

Présentation du roman aux Éditions Belfond

 

A propos de l’auteur : Prix Femina des lycéens 2018 avec Je voudrais que la nuit me prenne, Isabelle Desesquelles est notamment l’auteur de Je me souviens de tout (Julliard, 2004), Les hommes meurent, les femmes vieillissent et Les Âmes et les Enfants d’abord (Belfond, 2014). Elle a fondé une résidence d’écrivains, la maison De Pure Fiction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *