Les enfants sont rois – Delphine De Vigan

Auteur : Delphine De Vigan

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 352

Éditions Gallimard (4 mars 2021)

Kimmy, 6 ans, a disparu. Alors qu’elle était en train de jouer à cache cache avec les copains de la résidence, d’un coup son frère, Sammy – 8 ans, ne la voit plus. Il s’inquiète, court informer sa mère, Mélanie, et les recherches démarrent.

 

Je remercie les Éditions Gallimard pour la lecture du nouveau roman de Delphine de Vigan. 

Quel est l’impact de la surexposition précoce de nos enfants aux réseaux sociaux ? Les enfants youtubeurs suivis par des milliers de fans sont-ils vraiment heureux ? Quel est le rôle des parents dans l’usage des réseaux sociaux ?

Que de questions d’actualités !
Qui n’a pas au moins un compte sur les réseaux sociaux ? Qui a des enfants ? Qui se bat pour limiter le temps d’écran ? Qui sait ce que ses enfants font tellement ? Qui au contraire incite ses enfants à être présents sur les réseaux ? Vaste sujet magistralement abordé par Delphine de Vigan !

Depuis Rien ne s’oppose à la nuit, je suis une grande admiratrice de la romancière qui continue à me surprendre dans ses écrits. Ici, un sujet sensible et néanmoins nécessaire abordé avec brio. Le roman s’inspire de la vraie vie, celle dans laquelle nous évoluons avec nos convictions et nos faiblesses.

Je me suis beaucoup attachée à Kimmy et à Sammy ; ces enfants n’ont rien demandé et pourtant, c’est pour voir des étoiles briller dans leur yeux que leur maman fait tout ce qu’elle fait. Avec le consentement (qui ne dit mot consent) de leur papa.
Et puis, il y a Clara, l’enquêtrice en charge de la disparition de Kimmy qui cherche la fillette disparue en essayant de comprendre le pourquoi du comment. Ainsi, notre coeur de lecteur balance entre révolte et incompréhension avec une question en suspens : mais quel est donc l’intérêt de l’enfant ?

À travers l’histoire de ces deux femmes, Mélanie et Clara, aussi différentes que les deux pôles opposés d’un aimant, Les enfants sont rois fait exploser les tabous autour des réseaux sociaux et des apparences en général. On dit souvent que notre libre-arbitre est notre plus grande force. Avec ce roman, on en viendrait presque à en douter. Superbe !

 

Présentation du roman aux Éditions Gallimard

 

A propos de la romancière : Delphine de Vigan a publié en 2001 Jours sans faim, son premier roman, sous pseudonyme. Elle est l’auteur de No et moi (prix des Libraires 2008), Rien ne s’oppose à la nuit, D’après une histoire vraie et Les Loyautés.

2 comments

  • Jeanine GUERAN has written:

    Je l’ai lu et ai effectivement beaucoup apprécié ce livre de Delphine de Vigan qui pose le problème de l’influence des réseaux sociaux et de l’utilisation de l’enfant piégé par des parents qui se font plaisir en les mettant en vedette sans se rendre compte de l’impact de cette situation qui en fait de petits esclaves au service de l’ego surdimensionné de parents pourtant aimants.
    Les personnages sont très attachants , les enfants au regard triste et privés des joies de l’enfance. Les adultes, la mère Mélanie deus ex machina de toute cette utilisation de l’image qui va engendrer la disparue sa fille. Un père trop faible pour s’opposer à sa femme. Clara , l’enquêtrice qui s’interroge et interroge le lecteur.
    Comme le fait superbement Delphine de Vigan dont le talent n’est plus à démontrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *