La police des fleurs, des arbres et des forêts – Romain Puertolas

Auteur : Romain Puertolas

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 352

Éditions Albin Michel (2 octobre 2019)

Juillet 1961. Un officier de police de la ville est appelé dans le village de P. pour résoudre une enquête criminelle. En effet, le corps de Joël a été retrouvé découpé en morceaux, réunis dans des sacs Galeries Lafayette, dans l’une des cuves de l’usine de fabrication de confitures (et dont le propriétaire n’est autre que Monsieur le Maire). Malheureusement, un gros orage a coupé les communications téléphoniques. C’est donc par courrier que l’officier tiendra informée sa hiérarchie. 

Je remercie les Éditions Albin Michel pour cette formidable lecture.

D’entrée de jeu, je vous le dis tout haut : j’ai adoré ce roman !! Pour sa fin, qui m’a surprise comme je ne l’avais pas été depuis longtemps. Très longtemps ! Et moi qui attache beaucoup d’importance à « la chute », j’adore. L’ensemble du roman est passionnant mais sa fin est incroyable. Lisez-le (ce n’est pas un conseil, mais un ordre – haha) !

Une intrigue qui se déroule en 1961, de nos jours, c’est original. On se replonge dans l’ancien temps, on prend plaisir à se nourrir des courriers échangés et on rit de la situation lorsqu’un courrier répond à un précédent sans avoir reçu d’autres informations données entre temps. 

Il y a des quiproquos dans ce roman et c’est tout ce qui fait son charme : le contraste entre l’assiduité de l’officier de police à mener à bien sa mission et le risible de certaines situations, le franc-parler des « gens des villes » face aux manières de ceux « de la campagne », et les moyens dont on disposait à l’époque pour résoudre un mystérieux meurtre (Joël était aimé de tous, alors pourquoi a t il été tué ? Et par qui ?). 

Je n’ai pas lu tous les romans de l’auteur, mais évidemment je le connaissais pour l’histoire de son Fakir resté coincé dans une armoire dont je ne citerai pas le nom 😉
Eh bien là, je le découvre sous une toute autre facette : même s’il y a eu meurtre et qu’il y a enquête, ce roman n’est pas un polar, c’est une enquête littéraire. De part sa forme épistolaire (qui n’est pas rebutante, au contraire !), le texte est très travaillé et l’auteur mise sur les détails de l’époque (j’imagine les heures qu’il a dû passer pour se documenter). C’est passionnant !

La police des fleurs, des arbres et des forêts est un huis clos à la campagne dans lequel personne ne devrait mais finalement tout le monde est suspect. En pleine nature, au coeur des fleurs, des arbres et d’une vie de village, l’enquêteur, avec son « beau parler » et ses petites manières, est très attachant, et les autres le sont tout autant. Et, je me répète mais c’est important, la fin est incroyable. Tout ce que j’aime dans un roman. Bravo Romain Puertolas 👏👏👏

 

Présentation du roman aux Éditions Albin Michel

 

A propos de l’auteur : Romain Puértolas est notamment l’auteur de L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire…, un livre au succès international adapté au cinéma en 2018. Il a aussi participé au recueil de nouvelles Ecouter le noir.

Site de l’auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *