Frangines – Adèle Bréau

Autrice : Adèle Bréau

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 350

Éditions JC Lattès (10 juin 2020)

Louise est infirmière près de Saint-Rémy-de-Provence, dans les Alpilles. Elle habite le village où elle venait « petite » pendant les vacances. Sa mère, Jeanne, retraitée, habite juste à côté, à La Garrigue, la bâtisse familiale dans laquelle avec ses soeurs, Mathilde et Violette, elles se retrouvent chaque été. 

Mais, cet été aura un goût particulier. Car elles reviennent pour la première fois après le drame qui a fait éclater leur famille l’année dernière. Réussiront-elles à retrouver leur plaisir d’antan ?

Je remercie les Éditions JC Lattès pour la lecture du nouveau roman d’Adèle Bréau. 

Trois soeurs et une mère se réunissent pour des vacances estivales. Avec enfants, conjoints et tout le tralala (ne manquait plus qu’un chien !). Jusque là, tout va bien. Mais quand la mère a eu une année difficile, l’ainée aussi, la cadette a rencontré quelqu’un et la benjamine jongle entre détente familiale et son boulot d’infirmière, la situation se complexifie. Rassurons-nous, sous le soleil provençal, au son des cigales et au rythme des apéros piscine, tout ce petit monde devrait être apaisé, détendu, et les journées devraient bien se passer. Ou pas. 

Ce que j’aime dans les histoires que raconte Adèle Bréau, ce sont ses personnages qui sont tellement vrais qu’on dirait qu’on les connait.
On connait tous la femme de 40 ans, une « tête bien faite dans un corps bien fait », l’ainée qu’on admire mais qui en fait toujours un peu trop. On connait tous la numéro 2 qui a grandi dans l’ombre de son ainée et qui, après une douloureuse séparation, tente de continuer sa vie en faisant peut-être pour la première des choix pour elle. On connait tous aussi la petite dernière, née bien après les autres, qui est à la fois sur-aimée et sur-protégée et qui aimerait bien faire sa vie, penser un peu à elle, exister indépendamment des autres.
Enfin, on la connait la mère de famille qui ne rêve que d’une chose : se retrouver avec sa progéniture et partager des joies simples en famille. Profiter des uns des autres. Profiter de la vie, tout simplement. Ces femmes, ce sont Mathilde, Violette, Louise et Jeanne. Et ceux qui papillonnent autour d’elles – les hommes – vous les connaissez aussi. 

Ensuite, j’aime la localisation : je la vois très bien La Garrigue. J’aimerais la louer et y poser mes valises pour quelques jours et n’avoir d’autre programme que de buller et de profiter de ceux que j’aime. Je vois aussi très bien les enfants à surveiller, les courses à faire pour 15, les repas à préparer, la table à débarrasser, etc. Et les discussions jusqu’à pas d’heure à la lumière des bougies n’ont pas de prix ! Passer du bon temps, tout simplement. 

Enfin, on est de la même génération avec Adèle, alors je me sens proche des scène issues de son imagination autant que de celles, plus nostalgiques, du passé. Plus encore dans son précédent roman certes, L’odeur de la colle en pot (paru en poche depuis), mais ici aussi, je vis et je ressens le vécu d’une femme de quarante ans. Parce qu’à quarante ans on se pose des questions qu’on ne se posait pas avant, on commence à faire le bilan de ce que l’on a (déjà) vécu et on se projette vers l’avenir dans l’espoir de réaliser (encore) nos rêves. En tout cas, on réalise qu’il ne tient qu’à nous de le décider.  

Si tu te retrouves dans une situation où tu as peur, que tu es seule avec tes soeurs et qu’elles te demandent s’il y a de quoi être effrayée, nie. Rigole, éloigne le danger d’un revers de la main. C’est ce que font les parents. Ils doivent rassurer. 

 

Frangines est le roman idéal pour l’été : il est doux et chaud (comme un câlin-soeurs), tendre, drôle, agréable à lire et divertissant. Ou comment les histoires de famille peuvent vous faire passer un très bon moment !

Présentation du roman aux Éditions JC Lattès

 

A propos de l’auteur : Adèle Bréau est l’auteure de la trilogie initiée par La Cour des grandes, dont les droits ont été vendus à la télévision, et de L’Odeur de la colle en pot. Ancienne rédactrice en chef de Elle.fr, elle croque avec humour et férocité les petits travers de notre société sur son blog et dans de nombreux médias. Frangines est son cinquième roman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *