La Cueilleuse de thé – Prix du Livre Romantique 2017 – Jeanne-Marie Sauvage-Avit

2 Permalink 0

Auteur : Jeanne-Marie Sauvage-Avit

Genre : Prix du Livre Romantique

Nombre de pages : 400

Éditions Charleston (7 avril 2017)

Shemlaheila est cueilleuse de thé au Sri Lanka. A la mort de sa mère, elle a presque vingt ans et elle décide de quitter sa terre natale pour partir à Londres dans l’espoir d’étudier la comptabilité et l’économie et revenir un jour dans son pays pour y ouvrir une boutique pour vendre du thé aux touristes.

La Cueilleuse de thé est le Prix du Livre Romantique 2017. Prix pour lequel j'ai eu l'honneur de faire partie du jury final. Je remercie les Éditions Charleston.

Attirée en premier lieu par son titre qui n’est rien de moins qu’une invitation au voyage, j’ai lu La Cueilleuse de thé avec avidité. Même si les prénoms asiatiques des personnages sont assez compliqués à retenir, on s’y attache et on les repère assez vite.

L’héroïne, Shemla, est un sacré petit bout de femme qui sait ce qu’elle veut. Orpheline de père assez jeune, lorsque sa mère décède, elle n’est plus protégée par personne et n’a d’autre choix que de quitter son pays pour ne pas subir les assauts des hommes de la plantation de thé…

Après une longue traversée sur un cargo (seul moyen de transport autorisé par le peu d’argent qu’elle a), elle débarque à Londres où elle a tout à apprendre. A commencer par parler correctement anglais. De serveuse, elle devient aide à domicile pour une vieille dame attachante, Twinny. Pendant son temps libre, elle assiste à des cours à la faculté.

L’histoire de Shemla, c’est un peu l’émancipation de la femme en un temps record. Elle qui n’était qu’une petite cueilleuse de thé (même si elle faisait partie des meilleures), découvre les us et coutumes occidentaux et s’y adapte assez rapidement finalement. Passées les premières gênes liées à son corps (que l’on a tendance à cacher dans son pays alors que les anglaises n’hésitent pas à se découvrir), elle s’intègre à la vie londonienne, travaille dur, passe son permis de conduire et réussit à se faire des amis.

L’écriture de l’auteure est très agréable à lire tant elle est fluide et sensible. Son héroïne, Shemla, a envie de réussir et nous l’accompagnons dans ses démarches pour s’intégrer et accéder à son rêve de revenir un jour dans son pays en tant que femme libre, autonome et indépendante. Un joli destin de femme.

Présentation du roman aux Éditions Charleston

A propos de l’auteur :
Professeur d’histoire et de géographie à la retraite, Jeanne-Marie Sauvage Avit a vécu ses vingt premières années à Saint-Étienne. Installée désormais dans la région de Martigues, elle partage ses loisirs entre l'écriture, le jardin et les randonnées. Elle est l'auteur de Perline, Clémence, Lucille et les autres, paru aux éditions des Monts d'Auvergne (Prix Claude Fauriel, en deux tomes) et aux éditions Les Nouveaux Auteurs (Prix du Jury Femme Actuelle).

2 Comments
  • LaRousse Bouquine
    avril 25, 2017

    Il me donne très envie depuis sa sortie. J'imagine que son prix est mérité !

    • carobookine
      avril 27, 2017

      Oui, très ! Voyage et destin de femme, il a tout pour plaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *