Qu’à jamais j’oublie – Valentin Musso

Auteur : Valentin Musso

Genre : Polar

Nombre de pages : 320

Éditions du Seuil (6 mai 2021)

Alors qu’il inaugure une exposition de photos réalisées par son père décédé en 1973, Théo reçoit un appel de la police : sa mère, Nina Kircher, aurait assassiné de sang froid un homme dont il n’a jamais entendu parler. En état de choc depuis, elle refuse de parler. Immédiatement, il prend la route pour se rendre sur place et tenter d’élucider l’affaire. 

Je remercie les Éditions du Seuil pour la lecture du nouveau roman de Valentin Musso.

Un fils, une mère, et un inconnu. Ou pas ? Évidemment, quand on ne reconnaît pas celle qui nous a élevé, on se met à douter de tout et de tout le monde. Qui est cet homme qu’a tenté de tuer sa mère ? Pourquoi était-elle descendue dans cet hôtel ? Son acte était-il prémédité ? Difficile à croire, et pourtant, sa mère risque la prison. 

Guidé par une envie irrépressible de comprendre ce qui s’est passé, en découvrant une photo, Théo va chercher des indices et remonter une piste : l’enfance. Car les pires actes ne sont-ils pas conditionnés à nos blessures d’enfance ? Sa mère est française mais c’est en Suisse qu’elle aurait été placée dans un centre pour jeunes filles. Que faisait-elle là-bas ? Et qui est la jeune fille avec elle sur cette photo d’époque ? Quel rapport avec son acte qui la plonge dans une situation critique ?

Comme souvent, c’est en cherchant des réponses qu’on soulève de multiples questions ! Et c’est ainsi qu’on avance dans l’histoire, aux côtés d’un Théo à la fois ému, obstiné et quelque peu en colère. Bien entouré, il sera aidé dans ses recherches et ira de surprises en découvertes, la personnalité (réelle ?) de sa mère l’éloignant de plus en plus de celle qu’il pensait connaître. L’oubli, lorsqu’il est volontaire, peut devenir profond et Théo nage clairement en eaux troubles. 

Qu’à jamais j’oublie est la révélation un étonnant parcours de femme. On dit que c’est dans l’adversité que l’on se révèle. En effet, Théo va découvrir combien Nina a souffert et à quel point elle a dû oublier pour se protéger. Un thriller percutant et touchant à lire d’une traite !

 

Présentation du roman aux Éditions du Seuil

 

A propos de l’auteur : né en 1977, Valentin Musso est agrégé de lettres et enseigne la littérature dans les Alpes-Maritimes. Il est l’auteur de plusieurs romans, dont Les Cendres froides (Les Nouveaux auteurs, 2011), Le Murmure de l’Ogre (Seuil, 2012), Sans faille (Seuil, 2014) et La Femme à droite sur la photo (Seuil, 2017).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *