Ne t’arrête pas de courir – Mathieu Palain

Auteur : Mathieu Palain

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 422

Éditions de L’Icococlaste (19 août 2021)

Mathieu Palain est journaliste. Toumany Coulibaly est un coureur de 400m, champion de France le jour, cambrioleur la nuit. Ne t’arrête pas de courir est la rencontre de ces deux personnages qui ont grandi dans la même banlieue et pourtant leurs vies sont à des milliers de kilomètres. 

Un jour, Mathieu écrit à Toumany (qui est alors en prison). Il aimerait le rencontrer. Un an plus tard, Toumany lui répond, il l’attend au parloir. L’un effectue sa peine et continue de s’entrainer tous les jours, tandis que l’autre aimerait qu’il change, qu’il s’en sorte et qu’il devienne champion olympique. A Paris, en 2024. 

Merci aux Éditions de L’Iconoclaste pour la lecture du nouveau roman de Mathieu Palain. 

Avez-vous déjà eu la satisfaction heureuse d’avoir lu un livre à côté duquel vous avez failli passer ? Avez-vous déjà ressenti ce soulagement d’avoir un jour rencontré quelqu’un qui vous a conseillé de lire ce livre ? Et ce sentiment de gratitude car sans elle, vous seriez passé à côté ?

Merci à à la Librairie Durance, et à la libraire qui m’en a parlé avec des mots si enthousiastes qu’elle a éveillé ma curiosité ! Merci infiniment ! Quel bonheur d’avoir découvert cette histoire, et la plume de Mathieu Palain que j’ai fortement appréciée. 

Dès le départ, on assiste à la rencontre des deux hommes. Et comme si les circonstances ne suffisaient pas, ils évoluent dans la banlieue Sud de Paris : Evry, Grigny, Draveil, Corbeil, Ris-Orangis, etc. Banlieue dans laquelle j’ai grandi moi aussi. Pas dans une cité certes, mais je connais bien la Grande Borne, les Pyramides ou les Tarterêts (ma mère y a même travaillé en tant que CPE dans un collège !), j’y ai trainé moi aussi. 

Donc, si je résume, un face-to-face original, une génération qui est la mienne et des quartiers que je connais. On dit que l’auteur a un « goût pour une littérature du réel » et c’est bien vrai : j’ai littéralement dévoré ce roman. J’ai avalé les pages les unes après les autres car, comme Mathieu, j’ai cherché à comprendre moi aussi. 

A comprendre pourquoi (et comment) Toumany, cinquième d’une famille de dix-huit enfants, qui a des capacités physiques exceptionnelles a-t-il pu s’entrainer, réaliser des exploits et pourtant continuer à braquer des pharmacies (pour gagner chaque fois quelques centaines d’euros, pas plus – ce n’est pas le casse du siècle non plus !). Quelle est sa motivation ? L’adrénaline du sport ne lui suffit-elle pas ? Pourquoi a-t-il besoin de plus ? Qu’est-ce qui fait qu’il replonge à chaque fois ? Ne comprend-il pas que son vice peut le priver d’une carrière sportive exceptionnelle ? A commencer par le titre de champion olympique ?

Dans la plus mauvaise des personnes il y a du bon, fais l’effort d’aller le chercher. 

 

Ne t’arrête pas de courir est un superbe roman. L’histoire d’une vie qui devient un roman qui obtient le Prix Interallié. Un livre à lire absolument car il parle d’espoir, de liberté, de dépassement de soi, d’amitié, de poésie aussi. Et de cette capacité que certains ont à s’en sortir et d’autres pas.

Le titre prend tout son sens au fil des pages. Il est judicieux. Et il donne envie de courir. Quel parcours de vie surprenant ! Mais nous n’avons ici qu’une tranche de vie. La suite reste à inventer. Et personnellement je fais confiance à Toumany. 

 

Présentation du roman aux Éditions L’Iconoclaste

 

A propos de l’auteur : remarqué pour ses talents de portraitiste dans la revue XXI, Mathieu Palain a publié son premier roman, Sale Gosse, à L’Iconoclaste en 2019, qui a été un succès critique et public. Avec Ne t’arrête pas de courir, il affirme son goût pour une littérature du réel, dans la lignée des journalistes écrivains. Il a 32 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.