Les voleurs d’histoires – James Riley

Auteur : James Riley

Traduit de l’anglais par Fabienne Berganz

Genre : Roman jeunesse 9-12 ans

Nombre de pages : 336

Éditions Pocket Jeunesse (16 mai 2019)

Finn s’ennuie fermement au collège. Les cours lui semblent longs. Jusqu’au jour où il découvre qu’Andie a un super pouvoir : celui de pouvoir entrer dans les livres. A peine elle en touche les pages qu’elle se retrouve aspirée à l’intérieur. Finn a une idée : il négocie avec Andie pour qu’elle l’emmène lui aussi aux côtés de ses personnages préférés.

Malheureusement, il ne respecte pas les règles qu’elle a fixées et les personnages de fiction se retrouvent dans le monde réel. L’avenir en est-il menacé ? 

Je remercie les Éditions Pocket jeunesse pour la lecture de ce roman lu par mon fils de 9 ans et moi-même. 

L’idée de départ est excellente ! Qui n’a jamais rêvé de rencontrer ses héros ? D’évoluer dans leur monde ? De toucher de près la fiction qui nous a tant fait rêvé ?

Andie a une chance inouïe pour s’échapper du quotidien. Finn, dont la mère travaille dans une bibliothèque, en est bien conscient. Lui qui est grand fan d’une saga littéraire jeunesse voit en Andie la chance de sa vie. Et il réussit son coup puisqu’il va se retrouver au coeur de son roman préféré. Sauf qu’évidemment, contrairement à la promesse qu’il avait faite à Andie, il ne peut s’empêcher d’intervenir… 

A partir de ce moment-là, tout se dérègle. Les personnages de fiction se mêlent au réel et Andie n’a de cesse de réparer l’erreur de Finn tandis que lui continue de jouer les héros. Il se voit déjà adulé par les lecteurs.

Idéalement construit pour les 9-12 ans, Les voleurs d’histoires est un chouette roman jeunesse qui a le goût de l’aventure. Il est question de solidarité, d’amusement, de confiance, de rêve et de respect. Les rebondissements sont multiples, les obstacles nombreux, le danger omniprésent, bref, les jeunes lecteurs ne risquent pas de s’ennuyer ! 

En revanche, le texte est relativement long et pour être honnête, mon fils a perdu le fil aux 3/4 du texte. L’histoire devenait « trop compliquée » pour lui. En effet, les personnages évoluent dans différents mondes parallèles et ce n’est pas simple à suivre. Il m’a dit qu’il faisait une pause mais qu’il le finirait peut-être plus tard (car il sait que le tome 2 va bientôt sortir et il est tout de même curieux de connaitre la suite). 

Quoi qu’il en soit, c’est un roman qui montre aux enfants combien nos actes impliquent notre responsabilité, qu’on ne peut agir impunément, et qu’à tout problème il y a une solution. Entre le début et la fin du roman, les personnages s’en trouveront changés. Comme quoi, grandir et apprendre par ses actes a du bon !

 

Présentation du roman aux Éditions Pocket Jeunesse

 

A propos de l’auteur : James Riley est né dans le Connecticut mais il vit désormais près de Washington DC avec ses quatre chats. Série bestseller du New York Times, Les Voleurs d’histoires est son premier roman publié en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *