L’éblouissement des petites filles – Timothée Stanculescu

Auteur : Timothée Stanculescu

Genre : Premier roman

Nombre de pages : 368

Éditions Flammarion (18 août 2021)

A quel âge passe-t-on du statut de petite fille à celui de jeune fille ? 
Est-ce à un moment précis dans sa vie ? Est-ce à un anniversaire, celui de ses 16 ans par exemple ? Est-ce suite à un événement particulier ? 

Difficile à dire, mais pour Justine, c’est l’été de ses 16 ans que cette bascule a lieu. Un été chaud, interminable et entaché par la disparition d’Océane, une jeune fille sans histoires dans un petit village sans histoires, Cressac. Comme quoi tout arrive sans prévenir. 

En disant qu’il l’avait replongée dans les affres de l’adolescence, Caro (Vallat) m’a terriblement donné envie de lire ce roman ! Et je remercie les éditions Flammarion de m’avoir permis de le découvrir en avant-première. 

Qui n’a jamais connu l’ennui ?
Adolescent.e, on se traine à la maison, on ne comprend pas ses parents (qui ne nous comprennent plus non plus), mais surtout on n’est pas autonome. Car, quand on habite à la campagne, on a besoin de ses parents pour tout : aller au cinéma, à la piscine, ou même sortir en discothèque (et être à l’heure au rdv donné par sa mère sur le parking à 2 heures du matin).

Si en plus c’est la canicule, on est las, moralement et physiquement. Mais alors que se passe-t-il quand une fille qui habite le même village que vous a disparu, que vous devez participer à une battue pour tenter de la retrouver (ou retrouver son corps ?), à une marche blanche (alors que vous doutez qu’elle soit morte) et que vous voyez des affichettes avec son visage sur les portes des commerçants dans lesquels vous avez l’habitude d’aller ?

Si on ajoute à ça les problèmes avec des parents divorcés, ceux avec votre meilleure amie qui ne vous veut peut-être pas que du bien et le désir qui commence à sourdre en vous (et qui vous fait autant de bien – le plaisir – que de mal – parce qu’il y a un couac avec l’être aimé), alors vous comprendrez que l’été est long. 

L’éblouissement des petites filles est un titre que j’adore. Car il relate à merveille cette part de nous qui à 16 ans a envie de grandir plus vite pour accéder à la liberté. Avec une mélancolie langoureuse dans laquelle on s’apitoie.
Tout au long de ma lecture, j’ai pensé aux chansons de Miles Kane, et notamment son album Don’t forget who you are avec le titre Out of control qui colle parfaitement aux pensées de Justine. J’ai adoré Justine, son mal-être, sa révolte et ses envies. On a tous un petit côté Justine en nous !

 

Présentation du roman aux Éditions Flammarion

 

A propos de la primo-romancière : Timothée Stanculescu a grandi à Saint-Sever- de-Saintonge, en Charente-Maritime. Elle a aujourd’hui 30 ans, est scénariste et étudie à La Fémis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *