Le paradis des vauriens – Wendall Utroi

Auteur : Wendall Utroi

Genre : Roman noir

Nombre de pages : 480

Éditions Slatkine & Cie (4 octobre 2021)

Le paradis des vauriens, c’est le terrain de jeu de Hugo et de Kayla, deux enfants en dehors du système. Lui est plutôt petit pour son âge mais il n’a peur de rien, tandis qu’elle avec ses racines tsiganes n’a rien mais elle est prête à tout.

Autre époque autre histoire, Sans-nom erre dans la campagne française avec son baluchon sur l’épaule. Il traîne avec lui sa colère, sa tristesse et quelque chose d’insondable. 

Je remercie les Éditions Slatkine & Cie pour la lecture du nouveau roman de Wendall Utroi. 

Interview à retrouver dans l’Apéro des Caro #nouvelle formule !

 

Aimer le destin, c’est le forcer à vous écouter pour que, un jour, à son tour, il vous aime un peu.

Cette citation n’est-elle pas magnifique ?

Voilà un roman qui nous fait naviguer entre la France profonde de 1936 et les 50 années qui suivent. On y rencontre des personnes cabossées, fragiles, mais avec une grande force de volonté. Et de l’énergie à revendre. Car quand on n’a plus rien, qu’a-t-on encore à perdre ?
On dit que dans la vie tout est possible, qu’il faut être maître de son destin. Facile à dire, pas facile à faire, mais Hugo comme Kayla s’y attachent vivement.

Je me suis beaucoup attachée aux personnages, que j’ai trouvé à la fois sympathiques et tellement différents de Monsieur et Madame tout le monde. Ils sont touchants dans leurs envies, leurs espoirs et même leurs désillusions.

Même si les 50 dernières pages sont un peu rocambolesques à mon goût, j’ai beaucoup aimé ce roman qui fait la part belle à des valeurs essentielles comme la solidarité, l’humilité ou le respect. Avec la force d’un lien indestructible : l’amour. 

 

Présentation du roman aux Éditions Slatkine & Cie

 

A propos de l’auteur : Wendall Utroi est un auteur français de romans à suspense. Policier aux différentes facettes, officier de police judiciaire (OPJ), instructeur, Wendall Utroi est curieux de tout et attiré par les missions à l’étranger. Il a commencé à écrire son premier roman Un genou à terre alors qu’il était en mission en Afghanistan en 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *