La Folie Elisa – Gwenaëlle Aubry

Auteur : Gwenaëlle Aubry

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 144

Éditions Mercure de France (23 août 2018)

Roman sélectionné pour le 21ème Prix des Romancières organisé par la Ville de Saint-Louis. 

Les événements se déroulent entre janvier 2015 et janvier 2016. Ecrit dans une sorte d’urgence, ce livre met en scène un an de la vie de quatre femmes. Quatre femmes qui justement quittent la scène : Emy Manifold, une rock star anglaise, Irini Santoni, une sculptrice grecque, Sarah Zygalski, une danseuse berlinoise et Ariane Sile, une actrice française. Toutes ont pris la fuite et se retrouvent à l’abri dans une maison.

Chacune est bouleversée par la violence du monde : les attentats, la montée en puissance de l’extrême droite, le sort des réfugiés, l’état d’urgence… Emy ne se remet pas du drame du Bataclan ; Sara tombe et ne peut plus danser, Irini est hantée par ces corps qui s’échouent sur les plages grecques et Ariane décide de cesser de jouer et de se mettre à parler au public. Franchement. 

L’art qui est censé être leur bouclier face à la violence du monde ne suffit plus ; ces quatre femmes sont à bout de forces. 

Alors, aux portes de la folie, L. Leur ouvre les portes de sa maison. Il y a quatre chambres claires ou résonnent des voix et une chambre noire dans laquelle se jouent les drames. Avec un but ultime : trouver l’asile, dans les bras des hommes ou dans un pays, peu importe. L’essentiel est de trouver ce que l’on cherche, une hacienda hors du temps et de la violence. 

Bizarrement, ces quatre femmes sont reliées par un graffiti : SMA. Qu’est-ce que cela signifie ? Qui l’écrit ? Un début de réponse est peut-être «Save Me Angel»…

Je vous ai raconté ce que j’avais compris du livre. Maintenant, il faut que je vous dise combien il m’a laissé sceptique… 

Très court, il se lit avec avidité. Mais, n’étais-je pas assez concentrée ? Ou n’ai-je pas réussi à m’attacher aux personnages ? Ce qui est sûr, c’est que je suis complètement passé à côté. Je referme le livre avec la sensation de n’avoir rien compris. C’est très perturbant. Voilà plusieurs jours que je l’ai lu et même avec un peu de recul, je n’y vois pas plus clair.
J’ai écouté une interview de la romancière qui pour le coup est passionnante mais c’est la première fois que j’ai besoin d’explications pour comprendre un livre. Alors clairement, il ne me restera pas en mémoire celui-ci. Mais au moins, il m’aura permis de me bousculer dans ma zone de confort 😉 

 

Présentation du roman aux Éditions Mercure de France

 

A propos de l’auteur :
Gwenaëlle Aubry, écrivain et philosophe, est l’auteur de romans et d’essais traduits dans une dizaine de langues, parmi lesquels Personne, Partages et Perséphone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *