Joueuse – Benoît Philippon

Auteur : Benoît Philippon

Genre : Roman noir

Nombre de pages : 368

Éditions Les Arènes (4 mars 2020)

Zack est un joueur invétéré. De poker. Un habitué des salles sombres dans lesquelles on mise, on parie, et parfois même on bluffe. Balou, un grand gabarit un peu brut mais tellement efficace, est son meilleur ami, son partenaire et parfois même son complice. 

Un soir, alors qu’ils sont en train de gagner, une joueuse s’invite à leur table. Maxine, jeune femme non effarouchée par ce domaine très masculin et qui sait manipuler les jetons et les cartes à merveille. Amie… ou ennemie ?
Lorsqu’elle leur propose un plan, leur instinct de joueurs les fait mordre à l’hameçon. S’ensuivent alors des journées rouges ou noires, mais assurément pique, coeur, carreau ou trèfle. 

Je remercie les Éditions Les Arènes pour la lecture en avant-première du nouveau roman de Benoit Philippon. 

L’univers du jeu n’est pas accessible à tous. Dans la vie, il y a ceux qui aiment ça, et les autres. Ceux qui sont faits pour et ceux qui se font plumer. Dans quel camp êtes-vous ?
Zack, Balou et Maxine en font partie. Définitivement.
Au-delà du plaisir du jeu, c’est leur vie toute entière qui est liée au poker. Pire qu’une drogue, à chaque nouvelle partie, l’adrénaline les fait vibrer. Ils sont accros. Mais leur rencontre n’est pas une évidence car dans ce monde impitoyable, le plus difficile est d’accorder sa confiance. Alors, comment faire face à une nouvelle venue ? Surtout quand elle dit vouloir s’attaquer à l’un des grands requins de ce monde ?

Moi qui aime jouer aux cartes (en bonne mère de famille, je précise), j’étais impatiente de découvrir cette nouvelle histoire que nous offre Benoit.
Clairement, l’univers est dark, mais les personnages sont terriblement attachants. Pas tant Maxine en fait (qui n’est vraiment pas facile à cerner) mais par le quatuor qu’elle forme avec Zack, Balou et Jean. Un petit bonhomme fort important qui se retrouve souvent chez Maxine pour fuir ses problèmes personnels.
Les personnages dits « secondaires » donnent une puissance au roman. Ils entourent si fort Maxine qu’on s’attache à eux dans un ensemble. D’un chapitre à l’autre, on se réjouit de les retrouver, tous les 4. 

Au-delà de l’intrigue, j’aime beaucoup la plume de l’auteur. Son texte a une sensibilité particulière qui me touche beaucoup. J’aime son franc-parler et son humour qu’il distille avec minutie. J’aime aussi sa façon d’analyser les sentiments et de parler d’amour, sous toutes ses formes, avec ce moteur puissant qu’est la liberté. Dans la vie, on a toujours le choix. Pile ou face, vous savez ? C’est bien de réfléchir, mais il faut aussi savoir agir. Et Zack, Maxine, Balou et Jean l’ont bien compris. Dans le monde réel, ils seraient presque nos anges gardiens !

Présentation du roman aux Éditions Les Arènes

 

A propos de l’auteur : Né en 1976, Benoît Philippon grandit en Côte d’Ivoire, aux Antilles, puis entre la France et le Canada. Il devient scénariste puis réalisateur pour le cinéma. Après Cabossé et Mamie Luger, Joueuse est son troisième roman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *