Et je danse aussi – Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourvelat

Auteurs : Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourvelat

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 312

Éditions Pocket (4 février 2016)

Lorsque Pierre-Marie, écrivain à succès, reçoit un courrier contenant probablement un manuscrit, il propose à son expéditrice de le lui retourner. En effet, l’envie de le lire lui manque et pour celui qui est en panne d’inspiration, ce n’est vraiment pas le moment. Mais Adeline insiste et au-delà du contenu de l’enveloppe (qu’elle lui demande d’ailleurs de ne plus ouvrir) se met en place une relation épistolaire originale et sympathique entre ces deux personnes qui ne se connaissent pas. 

Je remercie les Éditions Pocket pour la lecture de ce roman que je découvre après tout le monde et qui m’a fait beaucoup de bien !
C’est drôle, je ne suis généralement pas une grande fan des romans dans lesquelles les protagonistes s’échangent des lettres (et uniquement des lettres), mais là, de suite, j’ai été happée par leur correspondance. Le ton de l’écrivain usé est cinglant tandis que cette jeune admiratrice est plus intrigante que suppliante. Aussi, immédiatement, j’ai besoin d’assouvir ma curiosité en lisant plus, et plus vite !

S’installe alors une relation à 2, puis 3, puis 4… jusqu’à ce que toutes les personnes qui entourent Pierre-Marie prennent la plume chacune leur tour. Le plus amusant, c’est que comme l’écrivain, nous recherchons une signification à cette correspondance. Que cachent-ils ? Quelle est la motivation réelle de cette admiratrice ? Ou veut-elle en venir ? Et lui, Pierre-Marie, que trouve-t-il dans cet échange que sa vie aisée n’assouvit pas ? Pourquoi est-il si seul depuis ce funeste 28 octobre 2010 ?

De fil en aiguille, on émet des hypothèses, on creuse, on change de chemin et on calque notre respiration avec celle des protagonistes qui nous semblent si proches tellement ils sont tous deux touchants. 

Non, je n’écris pas pour moi. Si je n’étais pas publié, je n’écrirais pas un seul mot. Un chapitre de roman réussi et une bonne soupe harira, c’est la même chose : un cadeau que j’essaie de faire à ceux qui liront ou qui mangeront. J’essaie juste d’avoir un peu de talent pour les régaler. 

 

Et je danse aussi, c’est un livre qui fait du bien car il fait le point sur nos valeurs, ce qui nous tient à cœur dans la vie, ces bribes de bonheur que nous recherchons sans cesse et qui nous apportent un certain équilibre. Évidemment, cet équilibre est fragile, Pierre-Marie et Adeline sont bien placés pour le savoir. Mais il y a un peu de chacun de nous en eux et c’est certainement la raison pour laquelle on s’y attache. On a envie de les soutenir autant que de les faire réagir. En tout cas on souhaite les faire aller de l’avant et ils nous entraînent avec eux ! Pour notre plus grand bien. 

 

Présentation du roman aux Éditions Pocket

 

A propos des auteurs :

Anne-Laure Bondoux a écrit une douzaine de romans pour la jeunesse, et son travail a été récompensé par de nombreux prix, en France comme à l’étranger. En 2015, elle a publié chez Fleuve Éditions Et je danse, aussi (coécrit avec Jean-Claude Mourlevat et vendu à plus de 150 000 exemplaires).

Après avoir enseigné l’allemand pendant quelques années, Jean-Claude Mourlevat, s’est tourné vers sa passion : le théâtre. D’abord comme comédien en créant un personnage de clown muet, Guedoulde, avec qui il a donné des centaines de représentations en France et à l’étranger ; ensuite comme formateur puis comme metteur en scène. Il se consacre désormais à l’écriture de livres pour la jeunesse (Mango, Milan, Pocket Jeunesse), de romans pour adultes et à la traduction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *