Cabossé – Benoit Philippon

Auteur : Benoit Philippon

Genre : Premier  roman

Nombre de pages : 336

Éditions Folio (15 février 2018)

Roy. 42 ans. Né à Clermont. Habite désormais à Paris. Signe particulier : a une gueule de tomate écrasée. 

Alors, pour sa première soirée avec Guillemette, il lui demande de garder les lumières éteintes. Surprise, mais néanmoins conciliante, elle négocie des lumières tamisées. Et découvre avec plaisir que Roy a des doigts de fées. Il n’est pas question de programme, de projet ou d’avenir mais leurs deux corps et personnalités se sont trouvés, au moins pour un temps.

Un soir, alors que Roy raccompagne Guillemette chez elle, ils tombent nez à nez avec un sale type : son ex-mari. Le ton monte, et la Bête sort. L’ex-mari git dans une flaque. C’est le début de la cavale pour Roy et Guillemette.

Je remercie les Éditions Folio qui m’ont permis de lire Cabossé dans le cadre du challenge #alorigine dont l’objectif est de lire les premiers romans de nos plumes préférées. Il y a des plumes que j’aime, des tournures de phrase qui me parlent, de l’humour qui immanquablement me fait sourire, c’est inexplicable mais ça me plait. En lançant ce challenge, je souhaitais retrouver le plaisir de lire des auteurs qui font partie de mes incontournables. J’ai découvert Benoit Philippon avec Mamie Luger. Il était indispensable que je lise son premier roman, Cabossé. Et j’ai tellement bien fait !

D’entrée de jeu, j’ai sympathisé avec Roy, ce grand bonhomme, clairement cabossé, au coeur tendre. Un homme abimé par la vie, avec ses fantômes, et qui a du apprendre à faire avec. Pas très fort en relations humaines, pas au top de la mode ni de la modernité, mais fort, sérieux et droit, en bref : quelqu’un sur qui on peut compter. Et toujours debout, malgré tout. 

Le duo qu’il forme avec Guillemette est touchant. S’il a tout d’un ours, elle a la fragilité d’un oisillon. Petite chose fragile qu’il pourrait briser entre ses phalanges, sans même s’en rendre compte. Une femme qui en a vécu des vertes et des pas mûres elle aussi, et qui a décidé de continuer à vivre sans faire de vagues. Si elle n’a pas perdu tout espoir d’aller mieux, elle souhaite avant tout qu’on la laisse tranquille. Et en Roy elle va trouver chaussure à son pied : doux, pas très bavard mais attentionné et protecteur, entre ses bras elle se sent bien. A l’abri. Tellement bien même qu’elle en viendrait à deviner ses pensées. Quoi de mieux que de se comprendre sans même avoir besoin de se parler ?

Au cours de leur cavale, les amoureux vont faire des rencontres, et notamment celle de Berthe (LA Mamie Luger du roman numéro 2 !!). Quel bonheur de lire ce chapitre sous un angle différent ! Les personnages secondaires sont au coeur de l’intrigue, ils jouent un rôle très important. Et puis les chapitres s’enchainent, avancer vers l’avenir, c’est aussi se replonger dans le passé, on ne sait plus trop où on en est, on ne sait pas où on va mais on se laisse porter. On est sur la banquette arrière de la voiture et comme dans un bon road trip à l’américaine, on se laisse aller, on lâche prise, on se prend à rêver que ça va bien finir…

J’attendais beaucoup de Cabossé, et je suis heureuse de vous dire qu’il a été à la hauteur de mes attentes ! Je vous conseille vivement de le lire, de découvrir la plume de Benoit Philippon, et de découvrir aussi Mamie Luger. Et pour les fans qui ont déjà lu les deux romans de l’auteur, sachez que son troisième roman est attendu en janvier 2020 ! Yeah !!

 

Présentation du roman aux Éditions Folio

 

A propos de l’auteur : né en 1976, Benoît Philippon grandit en Côte d’Ivoire, aux Antilles, puis entre la France et le Canada. Il devient scénariste puis réalisateur pour le cinéma. Après Cabossé publié dans la Série Noire, Mamie Luger est son deuxième roman noir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *