Les crayons de couleur – Jean-Gabriel Causse

0 Permalink 1

Auteur : Jean-Gabriel Causse

Genre : Feel-good

Nombre de pages : 224

Éditions Flammarion (13 septembre 2017)

Arthur a fait contre mauvaise fortune bon coeur en acceptant un poste d’employé dans une fabrique de crayons de couleur. Il n’est pas exigeant, entre son travail qui ne lui rapporte rien ou pas grand chose et ses copains, piliers de bar, qui se réchauffent le coeur avec une bouteille de rouge, il se contente de ce qu’il a. N’en demande pas plus. Même si, par la fenêtre de son appartement, il observe de loin Charlotte qui porte d’extravagantes lunettes vertes.

Du jour au lendemain, sans prévenir, les couleurs disparaissent de la surface de la planète. Le monde devient gris, et les individus grisonnants.

Contre toute attente,  Arthur et Charlotte, ces deux personnages hauts en couleurs, vont s’allier pour redonner vie aux couleurs.

Roman lu dans la cadre de la préparation du Festival du Livre de Colmar 2017, présenté lors de l’apéro-littéraire des livres en voix du samedi 25/11/17 à 11 heures.

Lors de la conférence de presse du Festival du Livre de Colmar, j’ai flashé sur ce livre. Je remercie les Editions Flammarion pour l’envoi du roman qui m’a fait voir la vie en rose, vert, bleu, jaune pendant quelques jours.

Par sa couverture, ce roman est terriblement attrayant. Alors qu’en ce moment les jours sont plutôt gris, comme une enfant, je n’avais qu’une envie : prendre mes crayons de couleur et colorier ces dessins au trait (ce que mon fils a d'ailleurs fait depuis). Remplir le vide, égayer cet univers de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.

Au-delà de la couverture, les personnages sont tous plus formidables les uns que les autres.
Arthur est un homme à la fois ordinaire et extraordinaire. Il accepte la routine de son quotidien. Mais, lorsque la fabrique de crayons de couleur dans laquelle il travaille doit fermer ses portes, il a une idée lumineuse : vider tout le stock des pigments de couleurs dans la pâte des ultimes crayons produits qui possèdent ainsi une incroyable saturation. A la lecture de cette scène, je visualisais Arthur et son sourire béat de peur d’être pris en flagrant délit de bêtise. Et j’ai souri. Le premier sourire d’une longue série car des situations cocasses, il y en a ! Et l’humour est omniprésent.

Charlotte est quant à elle chroniqueuse radio spécialiste des couleurs. Chaque jour, elle ravie les auditeurs avec des histoires ou anecdotes sur les couleurs. Le comique de la situation, c’est qu’elle est aveugle et pourtant, ça ne l’empêche pas de percevoir les couleurs. Quand les couleurs disparaissent (ou plutôt quand les humains ne les perçoivent plus), certains pensent que cela ne change rien pour elle mais ils se trompent car, si elle ne les voit pas, elle ressent le changement d’attitude de ceux qui l’entourent. Leur abattement, leur stress et leur mal-être grandissant…

Entre eux existe une perle : Louise, la fille de Charlotte qui réussit à faire un miracle. Avec un crayon de couleur (devenu gris) qu’Arthur lui a donné, elle dessine et aussitôt, chaque personne qui a vu son dessin visualise le rose de nouveau. Son dessin a redonné vie à une couleur.

La rencontre des deux protagonistes est à l’image d’un feu d’artifice : pétillante, exaltante et bruyante.

Entourés de personnages singuliers (un grand-père ex-arbitre international de foot et ses gais lurons d’une maison de retraite autogérée, un chauffeur de taxi new-yorkais désabusé de voir son yellow cab gris, une collègue qui a l’impression de perdre toute féminité depuis que son rouge à lèvres est devenu gris et une équipe de bras cassés qui les pourchassent…), ils partent donc à la recherche des autres crayons de couleur qui redonneront vie au monde réel et le sourire aux individus dont le monde ne tourne décidément plus rond.

Dans ce roman feel-better (un livre qui fait se sentir mieux) par excellence, il est question de synesthésie (phénomène neurologique qui associe des couleurs à des lettres ou chiffres), d’achromatopsie (pathologie dont le symptôme est l’incapacité à percevoir des couleurs) mais aussi de mindfulness (concept issu du bouddhisme qui consiste à accepter ce qui nous arrive, même les événements négatifs, et à essayer d’en tirer un bénéfice).
Aux termes scientifiques s’ajoutent des valeurs humaines telles que l’amour, l’empathie, la générosité, l’entraide, la bienveillance qui font chaud au cœur… Le tout, Les crayons de couleur, formant un concentré d’ondes positives qui donne envie de (re)mettre des couleurs dans sa vie.

Vous l’avez compris, j’ai adoré cette histoire extraordinaire au sens premier du terme, à la fois poétique et ludique.

 

Présentation du roman aux Éditions Flammarion

 

A propos de l’auteur :
Jean-Gabriel Causse, spécialiste de la couleur, est l'auteur de L'Etonnant Pouvoir des couleurs, best-seller traduit en 15 langues.

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *