Le poids des ombres – Marie Laberge

0 Permalink 0

Auteur : Marie Laberge

Genre : Roman étranger

Nombre de pages : 504

Éditions Stock (3 mai 2017)

22 novembre 1990. Diane identifie le corps de sa mère, Yseult, à la morgue.
Alors qu’elle ne l’a pas revue depuis sept ans, on lui remet les bagues de sa mère, des objets qui représentent à eux seuls les hommes qui ont traversé sa vie. 

Diane ne pouvant croire que sa mère se soit jetée depuis un pont, elle cherche un responsable et celui-ci doit forcément être l’un de ceux qui lui ont offert ces bagues.
Elle se met en congés, égrène les bars en buvant du scotch et part sur les traces de sa mère dans l'espoir de savoir qui elle était vraiment. 

Je remercie chaleureusement les Éditions Stock pour la lecture du roman de Marie Laberge. 

L’histoire se déroule en 1990 (car il a été édité une première fois au Canada en 1994). 
J’ai découvert Marie Laberge avec la trilogie Le Goût du bonheur, une saga familiale comme je les aime (et que je vous recommande chaudement !).
Elle est présentée comme une «grande dame des lettres québécoises» et je le confirme. Quel bonheur de lire sa plume à la fois si vive et délicate. J’ajouterais qu’il y a un petit plaisir supplémentaire : celui de lire du français canadien avec ses expressions fétiches, j’adore !

Vous l’avez compris, le point de départ du roman n’est pas des plus heureux. Diane est appelée pour reconnaitre le corps de sa mère qu’elle n’avait pas vue depuis sept ans. A la morgue, elle est tellement chamboulée qu’elle n’arrive pas à signer le formulaire pour disposer du corps. Elle n'arrive plus à écrire son nom, le même que celui de sa mère… Mais elle repart avec ses bagues, les seuls objets les reliant désormais. 

Sa mère n’est plus, et pourtant elle ne cesse de l’entendre. Ainsi, des phrases dites par sa mère sont incrustées dans le texte pour reprendre Diane. Elles qui avaient toujours eu une relation compliquée (pour ne pas dire des plus tendues) se retrouvent dans une sorte de conversation post-mortem.
Pour revivre un tant soit peu la chaleur d'un amour maternel, Diane plonge indubitablement dans le chagrin (et dans l’alcool). Heureusement, elle va rencontrer Gilbert qui va la prendre telle qu’elle est et l’aider à sa façon. 

Le poids des ombres est un roman bouleversant de sincérité sur la relation mère-fille, l’amour absolu, exclusif et ravageur, la jalousie et les non-dits.
Diane voyait sa mère d’une certaine façon, elles étaient toujours à se faire des reproches et pourtant, leurs chamailleries cachaient certainement un amour plus puissant que tout. Parce que de caractères différents, elles avaient du mal à se comprendre. L’une se contentant de vivre bien lorsque l’autre pensait que vivre peu (ou petit), c’était mourir.

Ce pavé n'est pas des plus aisés mais il est d'une beauté incommensurable ! Car Marie Laberge est une femme qui sait écrire sur les sentiments humains et nous toucher en plein coeur. 

 

Présentation du roman aux Éditions Stock

 

A propos de l’auteur :
L’écrivaine, auteure dramatique, comédienne et metteure en scène Marie Laberge est une grande dame des lettres québécoises et l’un des noms de la scène littéraire francophone. Son oeuvre connaît un succès public constant à l’image de sa trilogie Le Goût du bonheur. Ceux qui restent, son dernier roman, est paru chez Stock en 2016.

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *