Entre ciel et Lou – Lorraine Fouchet

Auteur : Lorraine Fouchet

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 432

Editeur : Editions Héloïse d’Ormesson (10 mars 2016)

.

Je remercie les Editions Héloïse d’Ormesson pour la lecture de ce magnifique roman.

icone_K5

Jo est originaire de l’île de Groix. Après une belle carrière de cardiologue à Paris, Jo est un mari heureux de retrouver son île avec sa femme, Lou, pour y passer une retraite paisible. Malheureusement, peu de temps après, Lou décède. Jo est inconsolable bien sûr, d’autant que chez le notaire, il découvre qu’avant de partir sa femme lui a confié une mission : renouer des liens forts avec ses enfants.

Or, ses enfants sont grands, du fait de son métier très prenant il n’a pas été un père très présent, et depuis qu’ils sont adultes ils n’ont que peu de contacts. C’est Lou qui en était proche et qui organisait Noël, Pâques et les anniversaires pour se retrouver en famille. Autant avouer que cette mission lui paraît impossible à relever… et pourtant, il sait qu’il est tenu d’essayer, il aimerait bien savoir si ses enfants sont heureux (ou plus précisément ce qui les rendrait heureux).

carobookine_icone5_coul

Lorraine Fouchet a déjà écrit quinze romans, Entre ciel et Lou est son seizième et le premier que je lis de cette auteure. Comment est-ce possible ?

Dès le début, on est pris à la gorge par la tristesse de Jo, sa solitude. Cet homme, profondément amoureux de sa femme, ne comprend pas comment elle a pu «s’éclipser» ainsi. Il ne réalise pas qu’elle est partie, il lui parle encore régulièrement. Alors qu’ils se réjouissaient tous deux de retrouver leur île, tout est allé si vite et aujourd’hui il est seul.

Enfin seul pas tout à fait puisqu’il vit avec Pomme (sa première petite fille) et Maëlle (la mère de Pomme que son fils a quittée depuis). Sur l’île, il est entouré de ses meilleurs amis. Mais ses enfants sont loin : sa fille Sarah (échaudée par l’amour) habite à Paris, son fil Cyrian au Vésinet (toujours sur la réserve lui, avec sa femme Albane, sa fille Charlotte et son chien Hopla). Jo ne voit pas beaucoup ses enfants, il n’a jamais su comment communiquer avec eux, il craint d’ailleurs qu’en l’absence de leur mère ils ne viennent plus.

Pourtant, complètement démuni, après un moment de désespoir profond, il se reprend et décide d’en savoir plus. A l’encontre des idées reçues, il s’intéresse à eux, leur joue des tours et découvre de nouvelles facettes de leurs personnalités. Il voit aussi d’un autre œil sa belle-fille, et ses deux petites filles (demi-sœurs), si différentes.

.

A la lecture de ce roman, vous passerez du rire aux larmes en un rien de temps, il y a des situations cocasses, des scènes profondes, tragiques aussi. Et puis finalement on se rend compte qu’on assiste à la vie d’une famille avec ses joies, ses peines, ses jalousies, ses engueulades et ses petits moments de bonheur. Mais surtout avec une bonne dose d’amour.

Très intimiste, le roman est écrit à la première personne du singulier mais tous les personnages prennent la parole chacun leur tour (même Lou, de « là où on va après »). Très poétique aussi grâce aux références musicales et aux illustrations de coquillages qui parsèment le livre et apportent de la douceur à la lecture. Enfin, très profond car Lorraine Fouchet fait virevolter les sentiments humains et les embruns (tout au long du livre, j’ai senti l’odeur de la mer, c’était si bon).

Laissez-vous emporter par cette histoire familiale, laissez-vous aller et vous terminerez certainement cette lecture les yeux embués de larmes…

.

Citations :

Pomme, 10 ans : «Je me baigne toute l’année. Je fais du théâtre. Je danse au cercle celtique. Je ramasse du bois flotté aux grandes marées. Je vais aux champignons et aux mûres avec Jo. L’été, y a des petits concerts en plein air, ils transportent le piano sur une remorque. Y a l’apéro à midi au Hangar chez Georges, celui qui fabrique des roulettes géniales…»

Jo : «Groix est comme ça : pas de sensiblerie mais des sentiments, pas de baratin mais des actes, pas de solitude mais de la solidarité. On nait, on meurt et entre les deux on navigue, on aime, on pêche, on se bat, entre le ciel et l’eau.»

Lou: «Ce ne sont pas les enfants ou les petits-enfants qui rendent heureux, c’est l’amour qu’ils génèrent, dont on les entoure, qui nous imprègne.
On ne sait pas de quoi on meurt, mais on peut décider comment on vit.»

.

Présentation du roman aux éditions Héloïse d’Ormesson

.

A propos de l’auteur :
Née en 1956, Lorraine Fouchet a été urgentiste au SAMU et à SOS Médecins avant de se consacrer à l’écriture. Auteur de quinze romans, elle vit entre Paris et l’île de Groix.

Site de l’auteur

Lorraine Fouchet est sur Facebook

.


Le petit plus :

La liste des musiques et recettes de cuisine en fin de roman (et notamment celle du Tchumpôt pour les connaisseurs).

6 Comments
  • Lorraine Fouchet
    mars 31, 2016

    Carobookine, merci pour ce coup de coeur qui va droit au mien, systole, diastole et fibrillation ! :))))))

    • carobookine
      avril 1, 2016

      C’est vrai que notre organe en voit de toutes les couleurs avec votre roman, il vit ! Merci !

  • Puy des Livres
    mars 31, 2016

    Une jolie critique pour un roman qui m’a l’air beau et poignant.

    • carobookine
      avril 1, 2016

      C’est exactement ça, il va falloir le lire celui-ci Marine/Camille 🙂

  • cledesol
    mars 31, 2016

    Coucou
    C’est bien ce quelle dis, tu veux me faire craquer…. J’en suis pas très loin…

    • carobookine
      avril 1, 2016

      Ce serait un joli craquage…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *