Dans la remise – Inès Benaroya

2 Permalink 0

Auteur : Inès Benaroya

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 288

Editeur : Flammarion (2 avril 2014)

icone_K5

Anna est une brillante avocate, mariée à Bertrand, banquier tout aussi brillant. Ils se sont rencontrés il y a plus de dix ans et depuis se suffisent à eux-mêmes, leur couple est leur réussite. A la fin de l’été, Ava, la mère d’Anna, décède. Elle qui n’a jamais été très proche de sa mère n’est en apparence pas très affectée. Mais, une nuit, un bruit la réveille et au matin, elle trouve un enfant endormi sur le canapé dans la remise de son jardin.

carobookine_icone5_coul

J’ai rencontré par hasard Inès Benaroya à la Foire du Livre de Saint-Louis le 23/04 dernier. Elle y présentait ses deux romans dont les couvertures sont si belles (et différentes des couvertures habituelles de chez Flammarion) qu’elles m’ont tapée dans l’œil. C’est d’ailleurs ce qui a enclenché notre conversation et ce qui fait que je me suis intéressée à ses romans.
A l’image du tableau d’Edward Hooper, Morning sun (1952), en couverture du roman Dans la remise, Inès Benaroya a une classe folle. En quelques mots, elle m’a présenté ses romans, je lui ai parlé de Carobookine et aujourd’hui je la remercie affectueusement, ainsi que les Editions Flammarion, pour la lecture de son premier roman.

J’aime lire des premiers romans car j’aime découvrir de nouvelles plumes, mais c’est aussi un risque car, ne connaissant pas l’auteur, je ne connais pas son style, et il se peut que je sois déçue. Là, c’est tout l’inverse : la finesse et la précision de l’écriture d’Inès Benaroya m’ont immédiatement plu. Elle compose une partition de mots qui s’enchevêtrent au rythme d’une mélodie intérieure. Il m’est rare d’être à ce point touchée par la plume d’un écrivain, mais c’est bien le cas ici : la justesse des mots, la construction des phrases, le rythme des paragraphes et le soigné des dialogues m’ont émue.
Enfin, cerise sur le gâteau, la mise en page est légère et aérée, en corrélation parfaite avec le contenu du roman.

A propos de l’histoire justement, je me suis laissée emporter par Anna qui, à force de se faire toute petite pour ne pas peser sur sa mère s’en est détachée et aborde son décès en bonne professionnelle : un imprévu à résoudre rapidement. C’était sans compter sur le poids du passé qui forcément revient au moment où l’on s’y attend le moins. Pour ne pas reproduire les erreurs de leurs parents respectifs, Anna et Bertrand avaient d’un commun accord construit leur vie sans enfant. Mais aujourd’hui, à l’approche de la cinquantaine, cet enfant qui apparaît dans la remise du jardin chamboule le cœur d’Anna. Dans un univers assez opaque, Anna est face à un dilemme : que faire de cet enfant tombé du ciel ? L’auteur nous plonge alors dans l’intimité de son héroïne dont la vie devient trouble.
Il y a un air de Laura Kasischke dans le récit d’Inès Benaroya avec ce portrait de femme qui pensait tout contrôler mais qui finalement est comme tout un chacun sujette aux émotions et au destin, dans la lignée des femmes qui l’ont précédée.

Une plume délicate au service d’un destin de femme forte et sensible à la fois font de ce roman un réel plaisir de lecture : coup de coeur !

InesBenaroya.

Citation à retenir :
«Parfois le silence a ses vertus, c’est bien connu. Cultiver l’ignorance, préserver l’innocence.»

.

Présentation du roman aux Editions Flammarion

.

A propos de l’auteur :
Inès Benaroya, femme entrepreneure, signe avec Dans la remise son premier roman. Depuis elle en a publié un deuxième : Quelqu’un en vue.

Inès Benaroya est sur Facebook et Twitter

2 Comments
  • Puy des Livres
    mai 22, 2016

    Merci pour cette belle découverte. Je veux à mon tour découvrir cet auteur et son roman.

    • carobookine
      mai 22, 2016

      C’est si bien écrit ! Tu feras une belle découverte.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *