Chien-Loup – Serge Joncour

0 Permalink 0

Auteur : Serge Joncour

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 480

Éditions Flammarion (22 août 2018)

Août 1914. La guerre est déclarée. Dans le hameau d'Orcières-le-Bas, les hommes sont réquisitionnés. Toutes les charges des hommes reviennent aux femmes et aux enfants. A une exception près : Wolfgang, homme de cirque, allemand et dresseur de fauves, qui refuse de livrer la guerre aux français et n’aspire qu’à vivre reculé du monde tout en haut d’une colline.

Août 2017. Sur l’impulsion de Lise, Franck s’apprête à passer trois semaines de vacances dans le Lot. Dans une vieille maison complètement isolée. Où il n’y a pas de réseau. Pour ce producteur parisien hyperactif et hyperconnecté, c’est impensable. Mais comme vivre loin de sa femme l’est aussi, il choisit la solution la moins pire : la suivre. 

Prix Landerneau 2018

Je ne sais comment l’écrire, mais une chose est sûre : retrouver la plume aiguisée mais néanmoins délicate de Serge Joncour est un plaisir inégalé.
Ses mots sont choisis, pesés et utilisés à bon escient. Chaque formulation a été pensée de façon à matcher avec l’idée qu’elle doit faire passer. D’une précision inégalable. 

Dans Chien-Loup, l’exercice est d’autant plus remarquable que les chapitres alternent entre les années 2017 et 1914.
Et, entre chaque fin et début de chapitre, il y a un lien. Le lecteur passe de l’un à l’autre, avec un petit quelque chose qui non seulement relie l’évolution de l’intrigue dans chaque tranche de l’histoire mais aussi les personnages entre eux. Et ce, au travers des animaux. Il est question de fauves, de hyènes, de chiens, de loups, de chevaux, de boeufs, de brebis, etc. 
Cette multitude d’animaux, dont certains sont des animaux domestiques, amis de l’homme, imprègne l’atmosphère d’une part de mystère. Et d’inquiétude. 

Puisque Lise a décidé de se couper du monde moderne le temps des vacances, avec Franck, ils apprennent à (re)vivre au plus près de la nature. Qu’y a-t-il de plus menaçant que des cris d’animaux lorsqu’on est loin de tout ? Et quel est cet animal sauvage (abandonné peut-être ?) qui est un chien autant qu’un loup… un chien-loup ? Pourquoi a-t-il l’air menaçant et pour autant protecteur envers le couple ? Et qui sommes-nous vraiment lorsque nous sommes livrés à nous-même, coupés du monde, isolés de tout ?

Couderc le maître avait suffisamment voyagé dans les livres pour ne pas accorder trop de crédit aux croyances, et si l'on dit des voyages qu'ils forment la jeunesse, les lectures font bien plus, elles apprennent à envisager le monde depuis mille points de vue dispersés. Et s'il comprenait la peur que suscitaient ces fauves là-haut, il s'évertuait à colmater les croyances et les superstitions. Couderc le maître on l'avait toujours écouté, cependant depuis qu'il ne savait pas dire si cette guerre finirait bientôt ou si elle durerait, on se rendait compte que toute sa science n'avait aucun pouvoir sur les choses. Alors autant se fier aux intuitions, ces évidences soufflées de bien plus haut que les hommes. 

Après Repose-toi sur moi, Chien-Loup m’a beaucoup plu. 

Je ne savais pas à quoi m’attendre et j’ai eu le droit à tout, avec un suspense latent (et parfois pesant) : le plaisir de lire, le dépaysement à la fois dans le temps et dans un coin reculé de France, la fine analyse des relations humaines (et de l’évolution de ces relations à un siècle d’écart), l’oeil hagard sur notre mode de vie moderne dans lequel tout va très vite et il faut toujours être en avance sur tout, et puis l’estime de soi (ou comment écouter son corps pour s’épanouir). 

Plus qu’une expérience de lecture, ce roman entre réflexion philosophique et série noire m’a interpellée. Mieux encore, cette fin (magistrale !) m’a chamboulée dans toutes mes certitudes. Ce qui est terrible, c’est que notre éducation nous incombe une façon d’agir, mais dans certaines situations, nous sommes guidés par nos pulsions. Et le bas instinct de la nature humaine peut resurgir à tout instant.
Et moi alors, qu’aurais-je fait à sa place ? Comment aurais-je réagi ? Serais-je allée jusqu’au bout ? Plusieurs jours après l’avoir refermé, je n’ai toujours pas les réponses à ces questions. 

 

Présentation du roman aux Éditions Flammarion

 

A propos de l’auteur :
Né а Paris le 28 novembre 1961, Serge Joncour veut devenir nageur de combat. Il interrompt donc rapidement ses études de philosophie, faute de temps. Il exerce différents métiers : maître nageur, livreur de journaux, cuisinier, rédacteur publicitaire… Il voyage dans de nombreuses оles avant de se consacrer définitivement à l’écriture. En 1998, il publie son premier roman, Vu, qui le propulse sur le devant de la scène littéraire. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, parmi lesquels Situations délicates et de L’Idole. Il est l’un des protagonistes de l’émission de radio « Des Papous dans la tête » sur France Culture.

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *