Bien des ciels au-dessus du septième – Griet Op de Beeck

2 Permalink 0

Auteur : Griet Op de Beeck

Traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin

Genre : Premier roman

Nombre de pages : 336

Éditions Héloïse d’Ormesson (4 mai 2017)

 

Je remercie sincèrement les Éditions Héloïse d’Ormesson la lecture du premier roman de Griet Op de Beeck.

Eva, toujours célibataire à 36 ans.
Lou, 12 ans, fait des listes de ce qu’elle aime et ce qu’elle n’aime pas.
Casper, artiste frappé par un coup de foudre.
Elsie, tiraillée entre raison et passion.
Jos, 71 ans, qui fait le point sur sa vie et redoute de n’avoir pas fait les bons choix.

5 personnages. 3 générations. Mais les mêmes questions existentielles sur la vie.

Chacun son tour prend la parole à la première personne du singulier pour raconter son quotidien, ses petits moments de bonheur comme ses galères du quotidien ou ses interrogations les plus profondes.

L’accroche «la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie» donne le ton de ce premier roman emprunt d’amour et de poésie. Qui n’a pas envie de réussir sa vie ? Mais qui n’est pas pris dans le train-train quotidien fait d’arrangements et de concessions ? Comment faire pour profiter de la vie tout en respectant les autres ? Pourquoi devoir choisir entre le cœur et la raison ?

Autant de questions auxquelles les narrateurs cherchent des réponses, bien décidés qu’ils sont à tout (nous) dire. Qu'il est plaisant de passer d’un personnage à un autre même s’il est plus facile de s’y retrouver une fois qu’on a compris les liens qui les unissent. D’âges différents, ils ont des points de vue différents, et c’est toute la richesse de ce roman.

Avec une écriture qui sonne juste, Griet Op de Beeck nous livre des tranches de vie si vraies qu’on a l’impression que ses personnages font partie de notre entourage. Entre confidences et non-dits, Bien des ciels au-dessus du septième est un roman qui traite avec légèreté de sujets profonds. Car l’homme, avec son libre arbitre, est finalement seul maitre de ses choix, bonheurs comme tourments.

J’ai trente-six ans. Je me demande si les gens tirent de leur vie des enseignements. Il m’arrive de penser que je fonce chaque fois vers le même mur et que ma tête s’y heurte de plein fouet. Parfois j’ai un autre avis. C’est ce qui s’appelle vivre d’espoir.

 

Présentation du roman aux Éditions Héloïse d’Ormesson

 

A propos de l’auteur :
Née en 1973 à Turnhout, Belgique, Griet Op de Beck a donné pendant dix ans des cours de théâtre. Elle est aujourd’hui chroniqueuse pour De MorgenBien des ciels au dessus du septième, son premier roman – adapté au cinéma par Jan Matthys –, a reçu en 2013 le Prix Bronze Owl Audience. Son succès phénoménal a immédiatement propulsé Griet au premier rang des lettres néerlandaises.

2 Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *