Sous le soleil de mes cheveux blonds – Agathe Ruga

Auteur : Agathe Ruga

Genre : Premier roman

Nombre de pages : 288

Éditions Stock (27 février 2019)

Brune et Brigitte se rencontrent au lycée, à l’âge de seize ans. Immédiatement, un lien fort les unit, elles deviennent amies. A cet âge-là, si on est amies on partage tout, les moments de joie comme ceux de désespoir, on se soutient, on s’entraide, on fait tout ensemble, même (et surtout) des folies. 

Pendant dix ans, Brune et Brigitte vont tout partager. Et puis, l’été de leurs vingt-six ans, Brigitte pousse Brune dehors (à moins que ce ne soit Brune qui s’en aille ?) et depuis : silence radio. Plus de son, plus d’image. 

Quelques années plus tard, alors que Brune est enceinte, elle revoit en rêve son amie Brigitte qui, elle en est convaincue, est elle aussi enceinte. L’occasion pour elle de revenir sur leur passé. 

Je remercie chaleureusement Agathe de m’avoir envoyé son premier roman si convoité. 

 

LA FUREUR DE VIVRE

Agathe the book est un compte IG dont les chroniques sont toujours sincères et les photos donnent envie d’évasion. Mais derrière ce compte, il y a Agathe, une jeune femme pétillante, pleine de vie et avec un sourire à dérider les plus sceptiques. 

Nous sommes connectées sur IG, nous nous sommes rencontrées lors du 1er Grand Prix des Blogueurs et depuis, nous nous sommes revues par plaisir. 

Quand la sortie de son premier roman a été annoncée, j’ai d’abord été ravie pour elle ! Il ne me restait plus qu’à le lire (jusque là tout va bien). Mais le chroniquer n’a pas été si simple car, si en tant que médecin il est difficile de soigner un membre de sa famille, il est ardu de trouver les bons mots pour parler avec sincérité du livre d’une personne proche.

Du coup, pardonnez par avance l’immersion dans mes sentiments personnels… je me lance !

L’amitié, vous le savez, est une valeur chère à mes yeux. Je suis convaincue qu’entre amies non seulement on peut tout se dire mais on le doit, en y mettant parfois les formes certes mais l’essentiel c’est de parler. J’irais même plus loin, je pense que toute relation est vouée à l’échec si on ne communique pas.
Autant vous dire que cette histoire d’amies qui du jour au lendemain ne se parlent plus m’a bouleversée. 

Effectivement, on ne sait pas pourquoi Brigitte a décidé un jour de ne plus parler à Brune. Mais je ne comprends pas non plus pourquoi Brune n’a jamais demandé d’explications. Et puis, à un moment donné, dans le livre, elle dit avoir peur d’être déçue, d’avoir peur que la vérité soit encore pire que ce qu’elle a imaginé. Et là, je comprends. Car tant qu’on ne sait pas, on peut se raccrocher à ce qui nous rassure. Le jour où on sait, on ne peut plus faire comme si rien ne s’était passé. On sait et il faut faire avec.

Alternant des tranches de sa vie actuelle (jeune trentenaire enceinte, entourée par l’Homme de sa vie) et des éléments du passé (sur les dix ans qu’a duré leur amitié), Brune se confie à nous. Sans filtre, elle nous raconte leur rencontre, leur proximité immédiate, leurs études, leurs espoirs et leurs désillusions, leurs joies amoureuses comme leurs souffrances, etc. 

Rire chaque jour est une victoire considérable sur le vide de l’existence.

 

L’écriture d’Agathe est très plaisante ; d’une qualité littéraire certaine, elle réussit à nous replonger dans cette période qu’est l’apprentissage de notre vie de « jeune adulte », période bénie lors de laquelle tout est permis et pourtant on commence aussi à faire face à des responsabilités. 

L’une, l’autre, les autres aussi car elles font partie d’un groupe d’amis qui évolue au fil du temps. Les relations humaines sont décryptées à la loupe, Brune revenant sur ce qu’elle a pu faire de bien ou de moins bien. Si la vie n’est pas un long fleuve tranquille, l’amitié entre ces deux jeunes femmes, ce sont les chutes du Niagara ! Car avec Brune et Brigitte, vous vivrez tout à l’exponentiel : de l’amour à la haine en passant par la folie, la trahison, le désir, la détresse…

Cette histoire était la mienne, ma vie n’aurait plus jamais la même intensité. J’exprimais enfin toute ma folie retenue. La pleine conscience de savoir ces moments uniques m’apportait fierté et douleur à la fois. J’étais née pour vivre cette tragédie, l’écrire et mourir. {Il} m’avait été envoyé comme un cadeau, et je me devais d’en faire un roman très beau. 

 

Sous le soleil de mes cheveux blonds est le roman de la fureur de vivre. 

A l’image d’une belle flambée dans une cheminée, ce livre est fait de braises incandescentes, de chaleur, de jeunes brindilles (et de vieilles bûches), de couleurs chatoyantes qui hypnotisent et de projections (d’éclats ?) qui risquent l’incendie. Au bord de l’intoxication, vous suffoquerez pour mieux respirer ensuite. Car, lorsque fiction et réalité s’entremêlent, l’ultime révélation touche en plein coeur. Et on en redemande !

 

Présentation du roman aux Éditions Stock

 

A propos de l’auteur :
Agathe Ruga est écrivaine et chroniqueuse littéraire sous le nom d’Agathe.the.book. Elle a fondé le Grand Prix littéraire des blogueurs ainsi que la distinction L’Été en poche. Elle vit en Bourgogne.  

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *