Les guerres intérieures – Valérie Tong Cuong

Auteur : Valérie Tong Cuong

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 240

Éditions JC Lattès (21 août 2019)

Pax est acteur. Du genre de ceux qui attendent toujours LE rôle de leur vie. Un jour, il est appelé par un réalisateur américain réputé pour un rôle dans une grosse production. Il quitte immédiatement ce qu’il est en train de faire, repasse vite fait chez lui pour se changer, et repart aussitôt. Un instant, il entend des bruits suspects dans l’appartement du dessus. Mais, préoccupé par son timing serré et l’importance de cet essai, il refoule ce petit tracas dans un coin de sa tête. Sauf que le lendemain, il apprend qu’un jeune homme, Alexis Winckler, a été agressé et laissé pour mort. 

Un an plus tard, il tombe amoureux de l’énigmatique Emi. Une femme de 44 ans dont il sonde une zone d’ombre, d’une noirceur infinie. Mais leur attirance est réelle, spontanée, irrésistible. Jusqu’au soir où elle lui annonce devoir lui parler de son fils. Alexis. 

Je remercie les Éditions JC Lattès pour la lecture du nouveau roman de Valérie Tong Cuong que je remercie également pour sa dédicace. 

Quel bonheur de retrouver les mots de Valérie ! Après Par amour, je suis heureuse de m’être plongée dans une histoire différente mais si bien écrite, qui analyse finement nos états d’âme, nos questionnements intérieurs, nos réflexions incontrôlables (vous savez, comme quand il vous est impossible de mettre votre cerveau au repos ? Vous avez beau être fatigué, au milieu de la nuit, ou devoir vous concentrer sur autre chose, vous revenez toujours au même problème ; on dit qu’il suffit souvent de prendre une décision pour aller mieux, mais encore faut-il en avoir le courage).

Pax est très touchant car on sent bien qu’à un âge auquel on aimerait se dire qu’on a réussi sa vie (ou au moins qu’on est sur la bonne voie), lui au contraire est bien loin de ses rêves de jeunesse. Et pourtant, SON rôle, il y croit, il sait qu’un jour viendra où son talent sera reconnu. En attendant, il dispense des formations pour le compte d’une amie et c’est ainsi qu’il rencontre Emi, dont l’un des salariés (d’une société de déménagement) est mort en activité.
Cette rencontre improbable va changer sa vie. Au plus profond de lui-même il se sent connecté à elle. Il a envie de l’aimer, autant que de la protéger. Et puis, très vite, alors qu’il est déjà très attaché,  il comprend qu’elle est la mère du jeune homme sauvagement agressé.
Immédiatement, la culpabilité fait corps avec Pax qui revient sans cesse sur ce qu’il a fait (ne pas intervenir lorsqu’il a entendu des bruits de lutte) ou plutôt ce qu’il n’a pas fait (intervenir). Doit-il en parler à Emi ? Peut-il vivre en le lui cachant ? Quel serait le prix à payer pour dire/connaitre la vérité ? Cela en vaut-il la peine ? Autant de questions qui vont le ronger, à petit feu. Et plus le temps passe, plus il s’enferme dans son mensonge… y aura-t-il un bout du tunnel ?

A nouveau, Valérie Tong Cuong m’a bluffée dans sa façon d’analyser la nature humaine : faire avec nos travers, notre façon de nous accommoder de ce qui nous contrarie, nous arranger avec la vérité jusqu’au moment où la soupape siffle, prête à sauter, vous voyez ? Les guerres intérieures est un très beau roman, trop court à mon goût, mais terriblement juste et prenant servi par des personnages bouleversants. 

 

Présentation du roman aux Éditions JC Lattès

 

A propos de l’auteur : Valérie Tong Cuong est romancière ; elle est l’auteur de onze romans, parmi lesquels Noir dehors (Grasset, 2006), L’Atelier des miracles (JC Lattès, 2013, prix Nice Baie des Anges) et Pardonnable, impardonnable (JC Lattès, 2015). Son dernier roman, Par amour (JC Lattès, 2017), a été couronné par de nombreux prix, dont le prix des lecteurs du Livre de Poche. Son œuvre est traduite en dix-huit langues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *