La dixième muse – Alexandra Koszelyk

Auteur : Alexandra Koszelyk

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 280

Éditions Aux forges de Vulcain (15 janvier 2021)

Alors qu’il va aider un copain qui doit intervenir pour un problème de canalisations au cimetière du Père Lachaise, Florent se retrouve près de la tombe de Guillaume Apollinaire. Il monte en haut d’un arbre duquel son esprit s’évade. Un temps indéfini. Et c’est avec un morceau de bois qu’il rentre chez lui où il aspire à découvrir le célèbre poète. 

Je remercie les Éditions Aux forges de Vulcain pour la lecture du nouveau roman d’Alexandra. Livre en lice pour le Prix Orange du Livre 2021.

 

Un hymne à la nature 

Dans son premier roman déjà, la romancière avait fait la part belle à la nature. Avec leurs branches qui ont fonction de lien, leurs racines qui s’ancrent dans la Terre (et nos valeurs) et leurs feuilles qui habillent l’ensemble, les arbres sont au cœur de ce nouveau roman. Florent ressent des choses et, au contact de la nature, ses sensations sont décuplées. Y aurait-il une raison à tout cela ?

 

Guillaume Apollinaire 

Je l’avoue, de Guillaume Apollinaire, je ne connaissais que le Pont Mirabeau (et du programme de CM2 enseigné avec le CNED les calligrammes, ces poèmes écrits en forme de dessins). Du coup, cette plongée dans la vie de Guillaume Apollinaire, entourée par ses amis (et parmi eux Pablo Picasso) et ses muses (et notamment Marie Laurencin – célèbre peintre dont mon lycée à Mennecy (91) portait le nom) m’a passionnée !

Né Wilhelm Kostrowitzky, j’ai découvert qu’il avait été naturalisé français deux ans seulement avant son décès, qu’il était un miraculé de la 1ère guerre mondiale et qu’il était mort de la grippe espagnole (alors qu’il s’était marié 6 mois plus tôt). Rejeté par sa mère, cet homme au caractère passionné a toute sa vie fait tourner la tête des femmes qui l’ont en retour fortement inspiré dans ses créations artistiques. 

Gui les aima toutes {ses muses}, pour de multiples raisons : chacune incarnait une qualité qu’il aimait. Il portait en lui les saisons d’un arbre, virevoltant de l’une à l’autre, d’hiver en été. 

 

Un roman poétique et magique 

Quand il est question d’amour, de nature et de Guillaume Apollinaire, il est évidemment question de poésie, de magie et de beauté ! Ainsi, des vers s’immiscent entre les paragraphes et le lecteur se laisse emporter dans son imaginaire. D’autant que ce qui arrive à Florent est surprenant : lui qui ne connaissait rien du poète se passionne jusqu’à réciter des vers comme s’ils les avaient toujours connus. Sa vie est chamboulée, sa Louise ne le comprend plus, seul ce morceau de bois change selon les jours et les humeurs. 

La lenteur étant de mise, si vous avez envie de vous laisser votre esprit vagabonder au milieu de belles choses, plongez-vous dans La Dixième muse. Vous verrez en effet la vie d’un autre oeil, avec douceur, rêverie, passion, art et fantaisie. 

 

Présentation du roman aux Éditions Aux forges de Vulcain

 

A propos de la romancière : Alexandra Koszelyk est née en 1976. Elle enseigne, en collège, le français, le latin et le grec ancien. J’avais aussi beaucoup aimé son premier roman : A crier dans les ruines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *