La définition du bonheur – Catherine Cusset

Auteur : Catherine Cusset

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 352

Éditions Gallimard (19 août 2021)

Je ne connais pas la définition du bonheur (même si cela mériterait qu’on en discute de vive voix), mais je sais que le bonheur de lire se trouve en ces pages : un texte bien écrit, des personnages (féminins) terriblement attachants, des chapitres qui alternent les moments décisifs de nos vies comme les moments simples du quotidien. On ne sait plus lesquels font le plus de bien, mais on sait les reconnaitre lorsqu’au détour d’une banalité surgit l’exceptionnel. 

Je remercie les Éditions Gallimard pour la lecture du nouveau roman de Catherine Cusset. 

J’ai follement aimé La Définition du bonheur de Catherine Cusset qui nous balade à travers les époques, les drames et les moments de bonheur.

De 1979 à nos jours, elle retrace les vies de deux femmes très différentes mais qui ont pourtant des points communs. Eve, la raisonnée, aime son mari, Paul, et ses deux filles, Hannah et Houston, avec une stable affection. Elle aime être entourée, choyée, jamais bousculée. Ou presque. Clarisse est quant à elle une baroudeuse : avec le strict minimum, elle peut partir en Asie à tout instant pour découvrir autre chose, aimer d’une folle passion et surtout se sentir vibrer. Car elle cache en elle une faille sombre. 

Pour Clarisse, le bonheur n’existait pas dans la durée et la continuité (cela, c’était le mien), mais dans le fragment, sous forme de pépite qui brillait d’un éclat singulier, même si cet éclat précédait la chute. 

 

Au fil des pages, on suit l’évolution de ces deux nanas qui puisent dans leurs forces pour surmonter les obstacles qui se présentent à elle : amour, désir, maternité, solitude, droit au bonheur… On se remémore en parallèle les faits qui ont marqué l’Histoire, et on se demande comment tout cela va finir. Car l’équilibre de leur vie est, comme tout un chacun, précaire. Et si le prologue donne un avant-goût de la fin, on a besoin de comprendre pour l’accepter. 

L’amour, n’est-ce pas ce désir qui persiste malgré tout ? N’est-ce pas ce sentiment qu’on éprouve malgré soi, quand on n’a aucune raison objective d’aimer ?

 

La Définition du bonheur est un roman intense qui dresse le portrait de femmes autant que d’une époque. Un très beau roman, d’une qualité remarquable, comme j’aimerais en lire plus souvent.

 

Présentation du roman aux Éditions Gallimard

 

A propos de la romancière : Catherine Cusset est l’auteure d’une quinzaine de romans parus chez Gallimard, parmi lesquels Le Problème avec Jane (grand prix des lectrices de Elle, 2000), Un brillant avenir (prix Goncourt des lycéens, 2008), L’autre qu’on adorait (finaliste du prix Goncourt 2016), et Vie de David Hockney (prix Anaïs Nin, 2018).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *