A crier dans les ruines – Alexandra Koszelyk

Auteur : Alexandra Koszelyk

Genre : Premier roman

Nombre de pages :

Éditions Aux Forges de Vulcain (23 août 2019)

Lena et Ivan habitent à Pripiat, en Ukraine, à quelques kilomètres de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Le 26 avril 1986, ils ont treize ans lorsque le terrible accident a lieu. Dimitri, le père de Lena, ingénieur à la Centrale, saisit immédiatement la gravité de la situation et il décide de fuir aussitôt vers l’Ouest. La famille pose ses valises en France, près de Cherbourg. Désormais, ils devront s’intégrer à cette nouvelle vie qui s’offre à eux. Lena est déracinée tandis qu’Ivan est resté avec sa famille au pays. Il l’attendra. 

Je remercie les Éditions Aux Forges de Vulcain pour la lecture du premier roman d’Alexandra, qui tient le blog Bric A Book 

Quel bonheur de lire un premier roman et d’être immédiatement séduite par la plume de la romancière ! 

A crier dans les ruines, c’est un magnifique premier roman qui part d’une catastrophe mondiale, l’explosion de la Centrale nucléaire de Tchernobyl, et qui nous présente deux jeunes gens aux destins liés et néanmoins tragiques. C’est aussi une histoire qui entremêle légendes, mythes et références littéraires sans jamais lasser ; au contraire, au fil de notre lecture non seulement on prend plaisir à écouter ce qui nous est conté mais en plus on s’instruit. C’est particulièrement agréable et ça nous interpelle. 

Quel est l’avenir d’une jeune femme qui a dû tout quitter (sa maison, son pays, son meilleur ami) en urgence et à qui ses parents demandent de s’intégrer dans un nouveau pays, avec une nouvelle langue et de nouveaux usages ? Comment renier ses origines et dans quel but ? Pourquoi vouloir oublier ses racines ? Comment lutter ?
J’ai adoré le personnage de Lena, une jeune fille forte, avec ses convictions, ses envies et ses peurs, qui acceptera la dure réalité sans jamais renier son pays. Si ses parents ne parlent plus ni ukrainien, ni russe depuis qu’ils sont en France, eh bien c’est auprès de sa grand-mère qu’elle ira chercher du réconfort pour ne jamais oublier d’où elle vient. Si c’est en France qu’elle doit faire des études, alors elle choisira sa voie et son métier en accord avec ce qu’elle ressent au plus profond d’elle-même. Jusqu’au jour où son passé va la chambouler si fort qu’elle va devoir agir. C’est d’ailleurs ainsi que s’ouvre le roman : vingt ans après l’avoir quittée, Lena revient sur sa terre natale, malgré le champ de ruines qu’elle est devenue, malgré les radiations et malgré les souvenirs. 

Ivan quant à lui est tout l’opposé de Lena : très attaché à la nature, avec sa famille il est resté sur ses terres, avec l’espoir d’un rapide retour à la normale. Au moyen d’une lettre qu’il écrit chaque année à Lena sans jamais savoir où la lui envoyer, le lecteur découvre ainsi l’enfer qu’il a vécu « après ».

Revenant sur les traces du passé tout en étant bien ancré dans la réalité de la vie, alternant récit et échanges épistolaires, A crier dans les ruines est un roman profond, empreint d’histoire, d’amour et de poésie. Un roman coup de coeur qui je l’espère sera lu, prêté, offert et peut-être même relu !

 

Présentation du roman aux Éditions Aux Forges de Vulcain

 

A propos de l’auteur : Alexandra Koszelyk est professeure de Lettres Classiques, Latin et Grec ancien. À crier dans les ruines est son premier roman

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *