Sentinelle de la pluie – Tatiana de Rosnay

0 Permalink 2

Auteur : Tatiana de Rosnay

Traduit de l’anglais par Anouk Neuhoff

Genre : Roman étranger

Nombre de pages : 368

Éditions Héloïse d’Ormesson (1er mars 2018)

Linden est un célèbre photographe. Domicilié à San Francisco, il débarque à Paris pour fêter en famille, avec sa soeur Tilia qui arrive de Londres, un double anniversaire : les 70 ans de Paul, son père – le célèbre Arboriste, ainsi que les 40 ans de mariage de Lauren et Paul. 

A Paris, la pluie tombe depuis plusieurs jours et le niveau de la Seine commence à atteindre un seuil critique à tel point que les autorités invitent les touristes à reporter leur voyage. Pour Linden, Tilia, Lauren et Paul qui ont planifié cette réunion familiale de longue date, il n’en est pas question. Ils profiteront de leur week-end, en dépit de la pluie diluvienne et des prévisions météorologiques catastrophiques.

Mais, au cours du diner organisé pour fêter les anniversaires, Paul est victime d’une attaque et se retrouve à l’hôpital, tandis que Lauren est alitée à cause d’une pneumonie. Avec la pluie qui ne cesse de tomber, le week-end de retrouvailles tourne au cauchemar…

Je remercie chaleureusement les Éditions Héloïse d’Ormesson pour la lecture du nouveau roman de Tatiana de Rosnay, dont le superbe Elle s’appelait Sarah fait partie des livres qui ont marqué ma vie de lectrice.

Avec les récents événements vécus en ce début d’année 2018 : crue de la Seine, stations de métro fermées, quais impraticables, etc… c’est assez déroutant de lire le nouveau roman de Tatiana de Rosnay qui se déroule à Paris, début 2018, en pleine crue exceptionnelle de la Seine. Quand la réalité rattrape la fiction, notre imagination est décuplée !

Dès les premières pages, on ressent la pluie tomber sur nos têtes, l’humidité se faufiler au travers de nos vêtements et on a même une sensation de froid due aux cheveux mouillés qui dégoulinent dans les nuques.
Malgré la joie des retrouvailles, l’ambiance est glaçante. Car si Linden, Tilia, Lauren et Paul sont à l’abri dans leur hôtel, à l’extérieur, la situation ne cesse de se dégrader : le niveau de l’eau grignote des centimètres au célèbre Zouave qui va bientôt se retrouvé immergé, la Seine est à deux doigts de déborder de son lit et les eaux usées à l'odeur nauséabonde remontent des égouts… 

Tous les parisiens, d’un jour ou de toujours, ont en mémoire la crue exceptionnelle de 1910 et aucun n’a envie de comparer les catastrophes sauf que très vite l’eau envahit les zones inondables de Paris, à commencer par l’hôpital dans lequel Paul a été transporté et qui doit très vite être évacué. 

Paul, le patriarche de la famille originaire de Vénozan, qui a consacré sa vie aux arbres et qui est reconnu dans le monde entier pour son savoir. Le taiseux qui a toujours plus communiqué avec ses arbres qu’avec sa femme et ses enfants. Mais Paul qui faillit, et c’est toute la famille qui s’en retrouve chamboulée.

Linden, le fils cadet dont le prénom veut dire « tilleul » en anglais, porte sa famille à bout de bras. Entre sa mère affaiblie et son père à l’hôpital, il doit aussi gérer sa soeur Tilia – qui est le nom latin de l’arbre – et sa nièce, Mistral, de 19 ans. En plus de ses vieux démons bien sûr, car Linden a un temps habité Paris et qu’il observe avec toute l’attention de son oeil avisé de photographe les quartiers dans lesquels il a commencé à faire ses premiers pas en tant qu’homme, ce qui lui rappelle de nombreux souvenirs. 

Quand la nature se mettait en colère, avait-il dit, il n'y avait rien que l'homme puisse y faire. Absolument rien.

La puissance dramatique de ce nouveau roman, combinée au décor apocalyptique de la Ville Lumière inondée, donne un effet bouleversant. On s'inquiète de la catastrophe naturelle qui est en train de causer de nombreux dégâts, on s'intéresse aux arbres et à leurs vertues et on s'interroge sur les relations humaines. 
Car, dans ce fouillis inextricable, Sentinelle sous la pluie est une sorte de huis-clos familial dans lequel les mystères, silences et non-dits sont autant d’étincelles pour pimenter la vie – et notre lecture !
Jusqu’au dénouement final qui nous sensibilise sur les bienfaits de communiquer entre personnes qui s’aiment infiniment.  

Présentation du roman aux Éditions Héloïse d’Ormesson

 

A propos de l’auteur :
Tatiana de Rosnay est née le 28 septembre 1961, à Neuilly-sur-Seine. Son père est français d'origine russe, sa mère, anglaise. Elle se décrit comme étant "franglaise" et a été élevée à Boston et à Paris. Après des études littéraires en Angleterre, à l'Université de East Anglia, Tatiana a travaillé à Paris comme journaliste pour Vanity Fair, Psychologies, ELLE et le JDD. 

Tatiana de Rosnay a publié son premier roman, L'Appartement témoin, en 1992. Depuis, elle a publié une douzaine de livres dont Elle s'appelait Sarah, vendu à neuf millions d'exemplaires dans le monde et porté à l'écran par Gilles Paquet-Brenner en 2010. Quatre de ses romans sont en cours d'adaptation, Boomerang, Spirales, Moka et Le Voisin. Sa romancière préférée est Daphné du Maurier, dont elle a publié la biographie en mars 2015, Manderley For Ever, nominé pour le Goncourt de la Biographie 2015 et gagnant du Prix de la Biographie d'Hossegor 2015. 

Bilingue, Tatiana de Rosnay écrit certains de ses romans en anglais et d'autres en français. Ses livres sont traduits dans une quarantaine de pays et elle figure sur la liste des romanciers français le plus lus à l'étranger, notamment aux Pays-Bas et aux USA. Ses thèmes de prédilection sont les secrets de famille et la mémoire des murs. 

Elle vit en France avec sa famille. 

Facebook et Instagram de l'auteure.

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *