Les larmes de la liberté – Kathleen Grissom

0 Permalink 0

Auteur : Kathleen Grissom

Genre : Littérature francophone

Nombre de pages : 464

Editeur : Charleston (7 février 2017)

 

James Burton est un homme bien installé à Philadelphie. Orfèvre de métier, il s’apprête à partir en expédition pour dessiner des oiseaux rares lorsque Pan, un jeune noir à son service depuis cinq ans disparaît. Son père, Henri (qui a lui-même recueilli James lorsqu’il avait 12 ans), s’inquiète qu’il ait pu être enlevé puis emmené comme esclave vers le Sud.

Malgré une situation personnelle assez complexe, James décide de partir à la recherche de Pan.

Je remercie chaleureusement les Editions Charleston pour la lecture du nouveau roman de Kathleen Grissom, en tant que Lectrice Charleston 😉 

N'ayant pas lu La colline aux esclaves, j'appréhendais un peu de lire Les larmes de la liberté (qui en est la suite) car j'avais peur de manquer d'éléments. Heureusement, ma crainte était infondée !

J'ai découvert Kathleen Grissom et j'en suis ravie. Ses personnages sont profonds, attachants et courageux. Son histoire est à la fois intéressante et touchante. Son écriture est d'une finesse et d'une sensibilité très agréables. C'est un vrai plaisir que de lire Les larmes de la liberté.

Des Editions Charleston je suis plutôt habituée à de fortes personnalités féminines. Là, à ma grande surprise, le rôle principal est tenu par un homme dont nous suivons le destin hors du commun, James Pyke. Le thème principal du livre étant l'esclavage, ce livre n'est pas vraiment facile en première accroche. Et pourtant, transposés dans les Etats-Unis du début du 19ème siècle, on est vite pris dans l'histoire. Les pages se lisent à toute vitesse.

James a une histoire personnelle extraordinaire (au sens strict du terme), il est droit, bien éduqué et, malgré ses secrets, a réussi dans la vie grâce à sa détermination et à la générosité de M. et Mme Burton qui l'ont d'ailleurs adopté.
A son service : Pan, un gentil garçon, un peu naïf et loyal (la vie ne l'a pas toujours gâté mais il est dévoué corps et âme à James) et Robert, l'homme sur qui James peut compter. James Pyke, devenu Burton, habite une jolie maison, il est bien installé dans la vie, jusqu’au jour où Pan disparaît. Henri, son père, dit qu’il aurait été volé et emporté comme esclave vers le Sud… Mettant ses problèmes personnels de côté, James part à sa recherche.

Et les femmes alors me direz-vous ?
Elles sont nombreuses au fil des pages, leur condition humaine parfois (souvent ?) bafouée. Entre les blanches et les noires, les esclaves et les bourgeoises, il y a tout un monde mais toujours beaucoup de générosité. Caroline, Sukkey, mais surtout Adélaïde, celle qui m'a le plus plu grâce à son audace et à son combat pour l’évolution de la condition de la femme.

Les larmes de la liberté est un livre de caractère qui porte bien son nom et qui m’a beaucoup plu. Car, si la liberté a un prix, c'est souvent bien celui des larmes…

 

Présentation du roman aux Editions Charleston

A propos de l’auteur :
Kathleen Grissom est née et a grandi en Saskatchewan, au Canada. Elle réside aujourd’hui en Virginie avec son mari dans la demeure de plantation qu’ils ont restaurée. Les larmes de la liberté revient sur son premier roman, La Colline aux esclaves. Best-seller du New York Times pendant 20 semaines, succès fulgurant en France avec près de 150.000 exemplaires vendus, il est aujourd’hui traduit dans 14 pays.

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *