Les Bourgeois – Alice Ferney

0 Permalink 0

Auteur : Alice Ferney

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 368

Éditions Actes Sud (23 août 2017)

Clarisse et Jérôme Bourgeois sont sur le point de vendre leur maison familiale lorsque Jérôme, quatre-vingts ans, décède d’un arrêt cardiaque.

L’occasion pour la narratrice de revenir sur tous les événements de la famille qui les ont mené jusque là, à notre époque.

Je remercie chaleureusement les Éditions Actes Sud pour la lecture du nouveau roman d’Alice Ferney.

En 2000, je découvrais Alice Ferney avec La Conversation amoureuse, un superbe roman qui analyse avec finesse les relations amoureuses et l’équilibre instable entre nos valeurs et nos pulsions. Depuis, j’ai lu tous ses romans, je suis une fan inconditionnelle de sa plume si belle et si juste. Lire un roman d’Alice Ferney, c’est du plaisir à l’état pur…
Une fois n’est pas coutume, c’est avec une joie non dissimulée que je me plonge dans ce nouveau roman.

Les Bourgeois sont une famille composée du père, Henri, de la mère, Mathilde, et de leurs dix enfants, Jules, Jean, Nicolas, André, Joseph, Louise, Jérôme, Claude, Guy et Marie, tous nés entre 1920 et 1940.
Prenant pour point de départ un événement survenu en 2013, la mort de Jérôme, Alice Ferney revient sur les vies des uns et des autres, en famille ou de façon plus personnelle en retraçant les parcours de chacun et ce depuis le mariage de Valentine, la mère d’Henri (né en 1895).

L’alternance des époques est très plaisante car la romancière se glisse dans la peau d’une historienne essayant de nous faire revivre les événements tels qu’ils ont été perçus au présent.
Evidemment, aujourd’hui, compte tenu de tout ce que nous avons appris, nous avons une certaine vision de l’Histoire de notre pays. Mais qu’en était-il à l’époque ? Comment Valentine, qui a perdu deux de ses fils lors de la 1ère guerre mondiale a-t-elle vécu cette triste période ? Qu’attendait Henri (qui, lui, en est sorti vivant) de son mariage avec Mathilde et de leur avenir ensemble ? Comment ont-ils fait quand à leur tour ils se sont retrouvés avec des fils en âge de combattre contre l’Allemagne nazie ? Et, lorsque Mathilde meurt en couches à la naissance de son dixième enfant, comment cette famille nombreuse a-t-elle pu faire face ? Au-delà de leurs moyens qui les mettaient à l’abris du besoin, comment les Bourgeois (intégrés dans l’armée, la marine, la médecine, le barreau, les affaires) ont-ils vécu l’Histoire du vingtième siècle et son évolution des moeurs ?

Ainsi, happé par l’histoire de cette famille au coeur tendre, guidée par le célèbre «Travail, Famille, Patrie», le lecteur se remémorera les passages les plus sombres de notre Histoire mais aussi les moments d’espoirs et les avancées technologiques de ces dernières années. Des sujets comme les mères porteuses, la pilule, le droit à l’avortement, le droit de vote des femmes, Mai 68 et l’émancipation de la femme en général sont abordés sous un autre angle, celui de ceux qui ont vécu les événements.

Entre faits historiques et vie romancée de ses personnages, Alice Ferney porte un regard sur notre société au travers des hommes et des femmes qui la composent. Chacun de nous a du sang de ses ancêtres dans ses veines et, comme nous ne sommes faits que pour passer, transmettra une partie de lui-même à sa descendance. C’est aussi un regard tendre que l’auteur porte sur les êtres humains en général.

Les Bourgeois est une saga familiale comme je les aime, sur les relations humaines, l’engagement, l’amour de son pays et la volonté de vivre pleinement. Merci Alice Ferney de me les avoir fait connaitre, j’ai fortement apprécié leurs personnalités et leurs choix de vie.

La passion des Bourgeois fut de vivre, d’enfanter et d’agir, de s’impliquer dans la vie physique à la manière de chevaliers modernes. Il fut de croire que le monde est une oeuvre bonne et qu’ils pouvaient y contribuer. Il fut la confiance dans l’existence et une envie de vivre que le malheur n’enlève jamais, une plénitude spontanée dont ils étaient doués, cette disposition d’esprit qui les portait à s’engager corps et âme sans capituler. Jamais ils ne perdaient la passion de la vie comme si la vie les avait particulièrement aimés et qu’ils l’aimaient en retour. Toutes les forces de l’homme furent en eux.

Présentation du roman aux Éditions Actes Sud

A propos de l’auteur :
Alice Ferney, de son vrai nom Cécile Gavriloff, est un écrivain français dont tous les romans sont parus chez Actes Sud. Mes préférés sont incontestablement La Conversation amoureuse, L’Elégance des veuves et Grâce et dénuement.

Retrouvez ma chronique de Cherchez la femme, son précédent roman.

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *