Le songe du photographe – Patricia Reznikov

2 Permalink 0

Auteur : Patricia Reznikov

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 336

Éditions Albin Michel (23 août 2017)

 

 

Paris, 1977. 

Joseph a 15 ans lorsqu’il fait la connaissance de Sándor dans l’impasse des artistes. Aidant à l’installation d’un piano dans la maison, il fait alors la connaissance de Dorika. Puis de Sergueï, Magda et Angel avec qui il sera invité à faire la fête le soir-même. Très vite, ces originaux vont devenir sa deuxième famille. 

Roman lu dans le cadre de la préparation du Forum du Livre de Saint-Louis 2018, présenté lors de l’apéro-littéraire du vendredi 13/04/18 à 18 heures. Le songe du photographe a obtenu le 20ème Prix des Romancières.

 

Joseph est un jeune homme en perte de repères : un père souvent absent, une mère qui fait comme si de rien n’était et un grand frère en pleine crise d’émancipation. Souvent livré à lui-même, il mène sa vie comme il l’entend, mais sans joie. 

Longtemps j'ai eu le sentiment de ne pas exister. Je regardais dans les miroirs et je n'y voyais personne.

A quinze ans, aux prises avec ma catastrophe intérieure, je ne connaissais rien, pas même mon ignorance. Je n'avais que l'absence de mon savoir et je ne savais pas encore qu'on peut être sauvé. 

Alors, quand il fait la connaissance de Sándor et qu’il découvre la vie dans l'Arche, c’est un nouveau monde qui s’offre à lui : un monde dans lequel on mange ensemble, on s’offre des petits cadeaux, on s’embrasse, on s’étreint, on s’intéresse… 

Comme personne de sa famille ne s’inquiète vraiment de comment il occupe ses journées, Joseph qui n’avait plus le goût de grand chose, va jouir d’une nouvelle liberté en passant de plus en plus de temps avec ses nouveaux amis : Sándor, un hongrois entier et généreux (qui pourrait incarner l’image du père) et qui l’initiera à l’art de la photographie, Dorika, une femme voluptueuse qui va réveiller la part d’homme qui se cache en lui, Magda, originaire de Vienne, rescapée de la guerre qui communique avec ses morts, Sergueï, le vieux russe éternellement en conflit avec son ami hongrois, et enfin Angel, le très discret et néanmoins impulsif peintre cubain.

La photographie, c'est voir et écrire avec la lumière. Le photographe voit, et la lumière voit, et le monde est vu et voit aussi. Tout voit tout. 

Au coeur de cette joyeuse communauté, Joseph va apprendre la vie, tout simplement. Entre voyage initiatique au coeur de l’Histoire via des souvenirs personnels et éducation sentimentale, Le songe du photographe est une réflexion empreinte de nostalgie sur le monde qui nous entoure. On y trouve des métaphores sur ce qui fonde l’humanité : les défis qu’on se lance, les épreuves à franchir, les entraves dont on se libère, les promesse qu’on se fait, les nécessaires renoncements, l’humilité et la fierté. C’est tout cela qui est raconté avec humour dans ce roman fin, élégant et subtil. 

 

Présentation du roman aux Éditions Albin Michel

 

A propos de l’auteur :
Patricia Reznikov est franco-américaine d'origine russe. Elle a publié six romans dont, chez Albin Michel, La nuit n'éclaire pas tout, prix Cazes-Lipp 2011, et La transcendante en 2013, en lice pour le Prix Femina et finaliste du Prix Renaudot.

2 Comments
  • La Rousse Bouquine
    avril 17, 2018

    Je ne l'ai toujours pas lu ; shame on me !

    Pourtant il me donne bien envie…

    • carobookine
      avril 19, 2018

      Je te souhaite de le lire car il est vraiment touchant ! Il mérite son Prix des Romancières, vraiment.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *