La maison à droite de celle de ma grand-mère – Michaël Uras

0 Permalink 0

Auteur : Michaël Uras

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 320

Éditions Préludes (28 février 2018)

Alors qu’il est (presque) devenu à Marseille un traducteur reconnu dans le domaine de l’édition, Giacomo revient d’urgence sur sa terre natale, la Sardaigne, en raison de l’hospitalisation de sa grand-mère.

L’occasion pour lui de renouer avec son passé, de se retrouver de nouveau sous la houlette de ses parents et de faire le point sur sa vie : l’homme qu’il est devenu est-il raccord avec le petit garçon qu’il a été ?

En prévision de sa participation au Festival du Livre de Colmar les 24 et 25/11, je remercie les Éditions Préludes de m’avoir permis de lire le nouveau roman de Michaël Uras.

 

RETOUR A LA CASE DEPART

En grand état de fatigue, la grand-mère de Giacomo ne pipe plus un mot depuis qu’elle est hospitalisée. Mais son petit-fils vient néanmoins chaque jour à son chevet. Cette vieille personne, dont il ne sait si elle l’entend, lui donne envie de se confier en racontant des bribes de son passé dont il n’a (presque) jamais vraiment parlé. 

Car oui, si son retour sur l’ile est imprévu, il coïncide avec une grosse traduction à effectuer. Travail sur lequel il n’est pas disposé à s’acharner dans l’immédiat. Il a trop d’interrogations en tête pour être libre de se mettre dans celle d’un autre et ce même pour la traduction d’un texte inédit.   

Alors, à l’image de la langueur bien connue du Sud, il erre dans ses souvenirs et prend le temps de renouer avec des vieux amis. Seulement, le temps passe et rend (presque) trouble leurs souvenirs. Chacun a mûri et doit désormais vivre avec son passé. Justement, celui de Giacomo tente de se rappeler à lui…

 

La maison à droite de celle de ma grand-mère est un joli roman qui, à l’image de sa couverture, sent bon l’air chaud, les couleurs chatoyantes et les bonnes odeurs de l’Italie.
Bercé par les personnages, on fait dans un premier temps abstraction des problèmes rencontrés. Jusqu’au moment où on comprend que dans la vie, pour être heureux, il faut être honnête avec soi-même. Le paraitre ne dure qu’un temps. Et c’est seulement grâce à l’aide de nos proches, que, quelles que soient les embuches, la vie triomphera. En toute simplicité. 

 

Présentation du roman aux Éditions Préludes

 

A propos de l’auteur :
Michaël Uras est né en 1977. D’origine sarde par son père, il a grandi en Saône-et-Loire et est aujourd’hui professeur de lettres modernes dans le Haut-Doubs. La Maison à droite de celle de ma grand-mère est son quatrième roman.

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *