Interview confidentielle d’Agnès Ledig

2 Permalink 1

Crédit photo : François Pouget

.

Interview

.

L’interview Carobookine : le rendez-vous incontournable pour vous lecteurs.

Chaque mois un auteur prend la parole et nous dévoile ses secrets d’écrivain.

  .

Agnès Ledig

«Vivre dans l’ici et maintenant – Carpe Diem»

icone_K5

Agnès Ledig, sage-femme de formation, a commencé à écrire pour raconter l’histoire de son fils atteint de leucémie, qui avant de partir lui a insufflé sa force de vie. Depuis elle ne s’est plus jamais arrêtée.

Marie d’en haut, Juste avant le bonheur et Pars avec lui, ses trois premiers romans, sont des succès. J’ai le plaisir de lui poser quelques questions à l’occasion de la récente sortie de son dernier roman On regrettera plus tard, paru aux éditions Albin Michel.
..

carobookine_logo_rose_ITV

Dans votre dernier roman, vous citez plusieurs références littéraires (Vendredi ou la vie sauvage, Des grives aux loups, Madame Bovary…), ces romans vous ont-ils vous-même profondément marquée ?

Agnès Ledig : Oh oui ! Madame Bovary parce que je l’ai étudié en cours. Je me souviens avoir ressenti de la compassion pour Emma. J’ai envie de le relire, il m’attend sur mon piano, et moi, j’attends du temps libre pour l’ouvrir !

Vendredi ou la vie sauvage fait partie des premiers longs romans qu’on lit encore un peu enfant, cela est très marquant.

Quant à Claude Michelet, il a bouleversé ma vie. J’ai aussi lu sa saga à l’adolescence et il fait partie de ces auteurs qui m’ont donné l’envie d’écrire.

.

carobookine_logo_rose_ITV

Comment vous est venu le titre On regrettera plus tard ? Et, pour quelle raison titrez-vous les chapitres ? Comment les choisissez-vous ?

Agnès Ledig : J’étais au milieu de l’écriture et j’ai eu besoin de m’accrocher à un titre. Je cherchais depuis 3 semaines et j’ai entendu cette phrase dans le refrain d’une chanson «on regrettera plus tard». Ca a été un déclic, une évidence. Il fallait qu’il s’appelle ainsi.

Quant aux titres des chapitres, j’aime y donner un indice quant au contenu de chaque chapitre, sous forme de symbole.

onregret - copie.

carobookine_logo_rose_ITV

La fille d’Eric s’appelle Anna Nina, un prénom composé des deux prénoms que ses parents avaient choisis sans réussir à trancher pour l’un ou l’autre.
Comment vous est venue l’idée de ce prénom original ?

Agnès Ledig : Il m’est venu d’une personne que j’ai rencontrée dans le cadre de mon travail de sage-femme et qui m’a beaucoup touchée. J’ai adoré son prénom. Je me suis dit qu’il irait parfaitement à la petite fille du roman.

.

carobookine_logo_rose_ITV

A plusieurs reprises, vos personnages insistent sur le fait de vivre «dans l’ici et maintenant».
Est-ce une habitude dans votre vie personnelle ?

Agnès Ledig : J’essaie ! C’est difficile d’y arriver en permanence… Forcément, on pense au passé, au futur, mais c’est la clé pour se détendre et chasser les soucis. Profiter de l’instant présent.

.

carobookine_logo_rose_ITVValentine et Gaël incarnent à merveille l’amitié homme/femme que certains ne peuvent comprendre.
Pensez-vous qu’une telle amitié puisse réellement exister sans aucune arrière-pensée à caractère amoureux  ?

Agnès Ledig : Oui, j’en suis certaine. C’est rare, mais quand cela arrive, c’est une grande chance…

.

carobookine_logo_rose_ITV

Lorsque Valentine va chercher Eric à la gare de Strasbourg, elle dit aimer flâner dans le célèbre quartier la Petite France.
Vous qui êtes alsacienne, est-ce aussi votre quartier strasbourgeois préféré ?

Agnès Ledig : J’aime beaucoup la petite France. J’y ai habité (peu de temps – 1 mois) durant mes premières études, dans une rue toute proche. Ce quartier est très beau.

.

carobookine_logo_rose_ITV

J’ai particulièrement aimé un passage de votre livre lorsque Gustave a une discussion avec Eric, je cite : «la petite est un beau trait d’union entre vous deux, comme dans porte-plume, faire-part, rendez-vous, cerf-volant, pause-café, passe-temps, tourne-disque, sous-bois, clair-obscur, cache-cache, perce-neige, porte-bonheur. Les mots réunis par un trait d’union racontent autre chose que pris séparément. Tu vois ? –Oui. –Je suis sûr que la petite aimerait se déguiser en trait d’union».
Ce lien fait par une enfant entre deux grandes personnes est une jolie image, comment vous est-elle venue ?

Agnès Ledig : Comme tout le reste, je l’ignore totalement… !!! J’aime parler à travers des images, alors je cherche en permanence… Elle est vraiment un trait d’union entre Valentine et Eric, alors je l’ai imagé sous forme de mots.

.

carobookine_logo_rose_ITV

Lorsqu’Eric se retrouve dans la roulotte avec sa fille, il se met à cuisiner comme un «remède au chagrin».
Vous qui aimez la vie, quelle est votre recette de cuisine pour réchauffer le cœur de la maison (et de ses habitants) ?

Agnès Ledig : Des crêpes ! Ou des gaufres. Ça réchauffe la maison, au propre et au figuré.

AL_onregret.

carobookine_logo_rose_ITVQuelle est votre devise ?
.

Agnès Ledig : Carpe diem !

.

carobookine_logo_rose_ITV

Vous qui êtes écrivain, vous arrive-t-il de lire d’autres auteurs ?

Agnès Ledig : Oui, bien sûr. Si le temps ne me manquait pas à ce point, j’en lirais plus encore.

.

carobookine_logo_rose_ITV

Quel est votre dernier coup de cœur ?
.

Agnès Ledig : Le Test de Stéphane Allix (Albin Michel). Un essai sur le devenir de l’âme après la mort. Bouleversant.

.

carobookine_logo_rose_ITV

Que lisez-vous en ce moment ?
.

Agnès Ledig : En ce moment, je ne lis pas de roman, car je suis en train d’écrire mon prochain. Je n’arrive pas à mélanger les deux activités.

.

carobookine_logo_rose_ITV

L’interview Carobookine, c’est chaque mois un nouvel auteur qui prend la parole : un cercle d’intimes pour les abonnés Carobookine.
Vous avez joué le jeu des confidences (merci !). Maintenant c’est à vous de choisir qui vous souhaitez nous faire connaitre mieux. Alors, à qui passez-vous le relais ? Quel sera le prochain à nous dévoiler ses secrets d’écrivain ?
Agnès Ledig :
 Baptiste Beaulieu.

.

Agnès, je vous remercie pour le temps précieux que vous avez bien voulu m’accorder et pour le bien-être ressenti à la lecture d’On regrettera plus tard.

AL_AMLJ’ai rencontré Agnès Ledig pour la 1ère fois lors du Salon Livre-Paris en mars 2016

carobookine_logo_rose

.

Site de l’auteur

Agnès Ledig est sur Facebook

Lire mes chroniques sur Juste avant le bonheur et On regrettera plus tard


Si vous voulez découvrir Baptiste Beaulieu (dont parle Agnès Ledig en fin d’interview), voici ma chronique sur Alors, vous ne serez plus jamais triste.

 

2 Comments
  • MYLENE COLAS
    mai 31, 2016

    Très bel entretien !Merci CAROBOOKINE

    • carobookine
      mai 31, 2016

      Merci Mymy ! Dire que moi aussi j’aime les crêpes 😉

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *