Gabriële – Anne et Claire Berest

Auteurs : Anne et Claire Berest

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 450

Éditions Stock (23 août 2017)

 

Depuis le 1er juin, jour lors duquel les Editions Stock ont dévoilé les titres de leur Rentrée Littéraire, je rêvais de lire Gabriële. Je n’avais jamais lu ni Anne ni Claire Berest mais lorsqu’elles ont pris la parole sur scène pour présenter leur roman devant un parterre de libraires et blogueurs tout ouïs, immédiatement j’étais subjuguée. 

Je remercie Anne et Claire Berest ainsi que les Éditions Stock pour cette magnifique lecture.

Gabriële Buffet est née en 1881. Le livre démarre en 1908 alors qu’elle a vingt-sept ans et qu’elle va rencontrer celui qui deviendra son mari : le sulfureux Francis Picabia. 

Gabriëlle est alors libre, indépendante, musicienne, elle suit des cours à Berlin pour devenir compositrice.
Féministe avant l’heure, lorsqu’elle rencontre Francis Picabia, elle trouve en lui un artiste non seulement subjugué par son intelligence mais surtout contrairement à tous ces peintres impressionnistes qui reproduisent à l’infini ce que d’autres ont déjà produits, un peintre prêt à renouveler son art.
Je dirais même qu’il en a besoin et, c’est certainement en cela qu’il a du génie, il trouve en Gabriële sa muse, son alter-ego pour le motiver, le soutenir et lui insuffler l’énergie nécessaire pour porter son talent à son apogée.

Il est des hommes qui tombent à genoux devant la jeunesse, d’autres devant la beauté, certains devant la gentillesse et la bonté, Francis Picabia, en ce mois de septembre 1908, succombe devant un esprit. Il vient de rencontrer la femme la plus intelligente qu’il lui ait été donné de connaitre, «intelligence faite d’instinct»…

Artiste de génie, incapable de vivre dans la normalité, Francis, maniaco-dépressif, alterne entre des phases de créations exacerbées et d’autres pleines de mélancolie. Seule Gabriële peut le sortir de sa torpeur.
D’une grande intelligence, elle mènera le combat de l’avant-garde, inspirant son mari et les plus grands artistes à sortir du cadre, créer différemment (composer), innover. 

Ainsi, Anne et Claire Berest, les arrière-petites-filles de Gabriële Buffet-Picabia, restituent à leur manière les frasques de la vie du couple à l’amour absolu mais non exclusif. Souvent, pour stimuler l’énergie créatrice de son mari, Gabriële intégrera au sein de son couple un troisième homme (ou femme). Ainsi, Marcel Duchamp et Guillaume Apollinaire seront des intimes.
A l’inverse, ils n’auront que peu de relations avec leurs enfants (qu’ils auront au nombre de quatre) qu'ils verront peu et qui seront élevés par des gouvernantes. Souvent même, Gabriële et Francis partiront loin et pendant longtemps sans leurs enfants, comme si leur descendance était une entrave à la créativité du peintre. 

Je n’ai pas pris conscience du rôle de mère au moment où j’avais mes enfants. C’est plus tard, beaucoup plus tard, que j’ai médité là-dessus. L’amour que j’avais pour cet homme-là était tellement fort qu’il prenait tout. J’ai regretté de n’avoir pas ressenti de lien maternel, ce lien qui existe entre la mère et l’enfant. Je vivais l’amour de mon mari comme une musique qui te berce continuellement.

Ecrit à quatre mains, ce roman est d’une beauté incommensurable.
Anne et Claire Berest sont des virtuoses, elles ont restitué avec beaucoup de talent la vie d’une femme qui vivait pleinement, sans contraintes, en prenant des risques et de nombreuses libertés. Un magnifique portrait de femme qui méritait de sortir de l’ombre.
Merci, merci !  

 

Présentation du roman aux Éditions Stock

 

A propos des auteures :
Avant de devenir écrivain, Anne Berest a dirigé la revue du Théâtre du Rond-Point. Elle publie son premier roman en 2010, La Fille de son père. Suivent Les Patriarches (Grasset, 2012), Sagan 1954 (Stock, 2014) et Recherche femme parfaite (Grasset, 2015). Elle est aussi le co-auteur du best-seller How to be Parisian wherever you are, traduit dans plus de trente-cinq langues.
Claire Berest publie son premier roman, Mikado, à 27 ans. Suivront deux autres romans : L’Orchestre vide et Bellevue (Stock, 2016) et deux essais : La Lutte des classes, pourquoi j’ai démissionné de l’Éducation nationale, et Enfants perdus, enquête à la brigade des mineurs, sorti en poche en 2015.

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *