Danser, encore – Julie de Lestrange

2 Permalink 0

Auteur : Julie de Lestrange

Genre : Feel-good book

Nombre de pages : 272

Éditions Mazarine (4 octobre 2017)

Alexandre est en couple avec Sophie, la cousine de Marco. Leurs grands-parents étaient amis, leurs parents l’étaient aussi, et eux sont amis depuis trente ans.

Alors qu’Alexandre et Sophie sont parents, Marco, lui, ne veut pas d’enfant. C’est la raison pour laquelle Pénélope se résout à le quitter.

Chacun mène sa vie comme il l’entend (ou comme il la souhaite) jusqu’au jour où en un instant, pour l’un d’entre eux, elle bascule. Et, c’est entouré de ses amis, qu’il a besoin d’y (re)trouver un sens.

Je remercie du fond du coeur Julie de Lestrange et les Éditions Mazarine pour l’envoi de ce roman, feel-better par excellence.

C’est avec beaucoup d’émotion que j’écris ma chronique aujourd’hui.

Bien sûr, pour son titre et son pitch, j’avais lu Hier encore, c’était l’été, un joli roman faisant la part belle à l’amitié. Evidemment, lorsque j’ai appris que l’auteure écrivait la suite, je me réjouissais de la lire à nouveau. Aujourd’hui, c’est chose faite et, ne sachant pas trop à quoi m’attendre, j’avais fait le choix de ne pas lire la 4ème de couverture pour être totalement surprise par l’histoire.

Ainsi, j’ai retrouvé avec plaisir Alexandre et Sophie, découvert leurs enfants, Nathan et Julie, avec l’émotion d’une mère, mais aussi, sans pouvoir m’y attendre, j’ai souffert avec eux tous (les copains/cousins/amis)…
Julie de Lestrange écrit sur la vie et les relations humaines. Je ne pouvais pas imaginer qu’elle écrirait sur le côté dramatique de la vie, je me suis laissé emporter par l’histoire et j’en ai été bouleversée. Heureusement, il y a toujours une pointe d’optimisme.

Dans la vie, chacun a ses problèmes, plus ou moins graves. Quand tout va bien, on peut aussi s’en créer. Mais, quand la vie nous fait une mauvaise farce, on ne fait que subir. Et selon notre forme du moment, il ne tient qu’à nous de réagir : sombrer ou se relever.
De Paris à Londres, en passant par la Thaïlande, sans oublier le fameux « Chalet de l’Amitié » en montagne, il est ici question d’amour, de filiation, d’engagement, de solidarité, de vérité aussi et de choix de vie.

Danser, encore est (comme la vie finalement) à la fois dur et doux. Si on se laisse facilement entrainer par les aventures des personnages, on est aussi interpelé par leurs réflexions, et les dernières pages sont particulièrement émouvantes.
Bel hommage à l’amitié, à la famille et à la nature je dirais. En tout cas une chose est sûre, à l’image de la photo de couverture, l’auteure nous incite à célébrer la vie. Et ça me plait bien ! A la façon d’un Carpe diem.

{…} Si tu ne comprends pas que la vie ne tient qu’à un fil, alors tu passes à côté de la leçon. Chaque seconde est un sursis. {…} Ce n’est ni triste ni gai. C’est la règle du jeu. Tant que tu es dans la partie, il faut lancer les dés. {…} Mais ensuite, il faut continuer. En gardant à l’esprit que tout est éphémère. Laisse-moi t’épargner le suspense : tu as perdu ton frère et tu perdras les autres aussi. Ou alors, ce sont eux qui te perdront. Ce n’est qu’une question de temps. C’est la seule vérité que l’on sache et qui nous oblige à vivre dans le présent. Alors, vis nom de Dieu. Vis de ton mieux. Profite. Fais ce que tu veux.

 

Présentation du roman aux Éditions Mazarine

 

A propos de l’auteur :
Passionnée de littérature et d’écriture, Julie de Lestrange écrit pour la télévision, le théâtre et le milieu du spectacle.

2 Comments
  • Marine Le Puy des Livres
    octobre 10, 2017

    Une de mes toute prochaine lecture qui j’en suis sûre me ravira le coeur.

    • carobookine
      octobre 11, 2017

      Moi aussi j’en suis sûre ! Bonne lecture Marine

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *