Chanson de la ville silencieuse – Olivier Adam

0 Permalink 3

Auteur : Olivier Adam

Genre : Littérature française

Nombre de pages : 224

Éditions Flammarion (3 janvier 2018)

Une jeune fille qui travaille dans l’édition à Paris, retrouve ses amis à leur retour de Lisbonne. Pour rire, ils lui montrent une photo d’un chanteur de rue croisé là-bas qui ressemble tellement à son père récemment disparu sans laisser de traces.

Il n’en fallait pas moins pour qu’elle quitte immédiatement Paris, direction Lisbonne, et erre dans les rues à la recherche de celui-ci.

Cet homme pourrait-il être son père ?

Olivier Adam est un grand auteur dont j’aime la plume et les histoires parfois complexes qu’il nous sert. Son talent n’est plus à démontrer et pourtant, chaque fois qu’il sort un nouveau roman, les critiques s’en donnent à cœur joie. J’ai failli raté ce dernier né mais, en écoutant l’auteur dans La Grande Librairie raconter la genèse de cette histoire, j’ai eu très envie de m’y plonger. Maintenant que je l’ai refermé, je me félicite de l’avoir fait !

Je remercie chaleureusement les Éditions Flammarion pour cette lecture.

Tout commence par cette anecdote au retour d’un séjour à Lisbonne. Les deux potes de notre héroïne rient sous cape d’avoir réussi à photographier, même un peu flou, le vieux chanteur qui leur a fait penser à son père disparu.

Sauf que ce qui n’était à l’origine rien d’autre qu’une boutade s’est confondu avec la réalité. Car son père, Antoine Schaeffer, a littéralement disparu quelque temps plus tôt, en quittant sa maison au milieu de la nuit et en abandonnant sa voiture au bord d’un fleuve, laissant ainsi penser qu’il s’est jeté à l’eau de son propre chef.  Mais comme le corps n’a jamais été retrouvé, notre héroïne a l’idée folle de croire qu’il a peut être organisé son départ.

Chanson de la ville silencieuse, c’est avant tout l’histoire d’une fille et de son père, qui ont certes une relation particulière du fait de sa célébrité à lui en tant que chanteur adulé, mais qui ont un lien sacré qui les unit. Cette photo n’est finalement qu’un prétexte pour se replonger dans leur histoire à tous deux, et il est bien trouvé.
Car qu’y a-t-il de pire que de ne pas savoir ? Comment une jeune fille, abandonnée par sa mère, et qui a toujours vécu dans l’ombre de la célébrité de son père, peut-elle se construire sans savoir précisément ce qui est arrivé et pourquoi ?

On connait l’écriture incisive et parfois dérangée de l’auteur. Son côté sombre qui nous immerge dans une opacité. Ici, c’est bercé d’une douce mélancolie que nous naviguons au gré des réflexions de la fille du chanteur et c’est avec un plaisir non dissimulé que nous l’accompagnons dans sa quête.

Ce roman est superbe, il mérite d’être lu, peut-être même relu et partagé !

 

Présentation du roman aux Éditions Flammarion

 

A propos de l’auteur :
Olivier Adam est né en 1974. Il est l'auteur de nombreux livres dont Je vais bien, ne t'en fais pas (Le Dilettante, 2000), Passer l'hiver (L’Olivier, Goncourt de la nouvelle 2004), Falaises (L’Olivier, 2005), А l'abri de rien (L’Olivier, prix France Télévisions 2007 et prix Jean-Amila-Meckert 2008), Des vents contraires (L’Olivier, Prix RTL/Lire 2009), Le Coeur régulier (L’Olivier, 2010), Les Lisières, Peine perdue et La Renverse (Flammarion, 2012, 2014 et 2016).

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *